Une académie tout ce qu'il y a de plus normale, à l'exception qu'elle regorge de créatures aussi extraordinaire les unes que les autres.
 

Partagez | 
 

 Entre ange et Démon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucifer
Professeur d'Anglais des Cycle 4 - Seigneur des démons/Démon de l'Orgueil
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 23/01/2015
Age : 21

MessageSujet: Entre ange et Démon   Mer 3 Juin - 11:59



Entre Ange et Démon
“Boy, you knock on the devil's door and he will slam your head through the wall."

   
   
 
Feat
Eddard & Yuki
Puissant ▬ Honorable
...
Les vieux Dieux ne meurent pas, ils tombent en Enfer et deviennent des Démons Ce sont les noms et les origines de ces Dieux et Déesses qui constituent une partie de leur enfer.


Le jardin de l'académie - 2h00 du matin. La Lune est haute dans le ciel. Ronde, elle inonde l'île de sa lumière nacré. Le ciel est clair, on peut y voir les étoiles brillé comme un océan de diamant. Il fait nuit, les élèves dorment, mais un ombre vient brisé la quiétude de l'endroit. Elle se glisse entre les arbres, ignore les sentiers et erre entre les fleurs. Le bruit de ses pas brise le silence. Cette ombre, c'est moi.

Je me nomme Lucifer. "Le porteur de Lumière et de conaissance". Un beau nom pour un démon millénaire. Je suis l'incarnation d'un des pécher capitaux. L'orgueil s'est fait chair lors de ma naissance, je suis le fils d'Eve, née du fruit de la connaissance, c'est le péché originel qui m'a mit au monde. Je suis le prince, le roi des démons.
Mais, depuis plusieurs siècles déjà, j'ai quitter les miens. Mon royaume est aux mains de mes frères et sœurs. Je me suis mêlé aux humains pour trouver un être, mon égal, ma pièce maîtresse. Plus puissant que la gourmandise, la colère, ou la paresse. Cet être, je l'ai finalement trouvé ici, dans cette académie coupé du monde. Mais à quel prix. Je suis coincé ici, mes pouvoirs scellé, impuissant, en train de passer mon temps à enseigner.

Par cette belle nuit d'été, l'envie de me promener m'a pris. J'ai laisser mon travail en plant dans le petit appartement qui me sert de résidence ici. Sans but fixe, mes pas m'ont porté vers les jardins de l'académie. Un lieu calme et reposant, lorsque les élèves ne s'y promènent pas. J'errais en ses lieux m'enfonçant de plus en plus dans les herbes hautes, quand le bruit de l'eau attira mon attention. Un étang se trouvait à quelques mètre de moi. On y pouvait voir le reflet de la lune, disque blanc lumineux, sur la surface de l'eau. Je m'approcha du bord. Mon reflet me fixait des yeux. Un homme pâle grand à la longue chevelure rousse me regardait. Je me détournait et m'allongea par terre, mes cheveux s'étalant autour de moi comme une auréole. Le vent me caressait le visage, et le bruit de l'eau me berçait. Petit à petit mes yeux se fermaient...



To be continued ...


© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre ange et Démon   Mer 3 Juin - 16:52

Il est tard je pense qu’il est temps de sortir faire notre ronde, ça nous fera pas de mal et en plus la lune est magnifique aujourd’hui ou plus tôt ce soir. Et si je ne dis pas de bêtise... Observe Ed un instant... Oui j’avais raison il commence à se motiver à se lever, je vais aller me préparer, je vais prendre ma cape, me balader à la vue de tous me gêne encore un peu et même la présence d’Ed n’arrive pas à m’enlever ce sentiment. Tiens il se lève aussi, j’espère que ça sera calme j’ai envies de me balader un peu aux claires de lune avec mon maître et il n’y a rien de mal à vouloir se promener avec son amoureux... Euh enfin voilà quoi.

- On y va ? Je passe devant *se précipite devant la porte lui la tenant en attendant qu’il passe* Voilà voilà.

Je suis tellement excité c’est dingue je me connaissais pas ainsi, j’imagine que c’est cette liberté qui doit me donner de l’énergie et indirectement cette joie de vivre que je peux enfin connaître grâce à lui. Nous marchions sans vraiment parler, enfin lui il marchait moi je courais à droite et à gauche pour regarder les splendeurs de cette académie qui m’offrait refuge. La lumière de la lune et le reflet des étoiles me donnaient envie de pousser la chansonnette. C’est en sautillant à tout va que je fredonnais un petit poème.

Démon de chair, démon de l'enfer
Muscles saillants et chevelures brillantes
Peuples du nord, peuples de mort
Glaive à la main tu es le plus fort
Tu fais trembler tout l'occident de tes cris rugissants

Ainsi le monde se souvient, que tu fus le souverain
Guerrier redouté, un animal marginal et glacé


Et par Thor et Vaurien, qui sont dieux tout puissants,
Tu as gravé de marques nos cœurs à jamais
Toi viking maculé de mon sang qui jaillit
Du tonnerre de tes armes démoniaques et magiques
Du IX° siècle jusqu'au XI°

Navigateurs jusqu'à l'extrême
Drakkars immenses, toutes voiles dehors
Ainsi soit-il jusqu'en Amérique du Nord
Viking assoiffé, à toi d'apprécier, ta suprématie fantastique


Après avoir passé plus de trente minutes à fredonner cette ballade j’avoue avoir envie de faire un vrai poème pour mon maitre et pour cela il faudrait que l’on s’arrête un peu dans un petit coin.

- Ed ? Tu veux bien que l’on s’assoie un peu ?

C’était un endroit parfait tout juste un peu après minuit. Je me suis souvenue d’une chanson... Ma mère me racontait souvent des histoires concernant des guerriers de légende, des guerriers anciens tels que les Vikings avec leur croyance que je trouvais assez belle et d’une certaine manière romantique. Plusieurs mélodies et chansons me reviennent, cela est dû à mon omniscience, ça me permet de savoir tout ce qui touche un sujet qui me tien à cœur. Pour des raisons évidentes ce sujet me touche car mon maître fait partie de ces incroyables guerriers et après quelques minutes nous avons finis par nous asseoir comme je lui avais demandé. Je me suis donc mise à chanter, avec une telle harmonie avec la nature que l’on pouvait se demander si le vent ne s’était pas arrêté de soufflet pour moi. Les étoiles brillaient pour moi ce soir, je sens qu’Ed porte deux de ces étoiles avec lui en m’écoutant patiemment je sentais ces pensées voyager jusqu’à d’autre continents dans un âge bien précédant le nôtre.



(Voici le poème):
 




Comment cela ce fait il que je sache si bien chanter ? Eh bien j’ai eu de longues périodes de solitude cela m'a permis de m’exercer et je pense être doué pour ça... Tout du long que je chantais j’entendais les échos de ma voix retentir comme la voix d’une sirène du détroit de Messine en Sicile.

Après un bref silence, je me suis demandé si je n’avais gêné personne, mais par chance je ne vois personne aux fenêtres c’est donc que ça va aller. Ed semblait avoir été touché par mes rimes, son corps restait certes puissant mais ces étoiles me montraient bien ce qui se passait en son cœur. Voir un homme ému aux larmes est toujours magnifique, surtout quand l’homme en question est l’homme que l’on aime... Je ne trouvais rien à dire car toute parole n’aurait été qu’insulte à ce moment de communion.

Après avoir séché ces larmes nous nous sommes mis à nouveau en route tranquillement et après une quinzaine de minutes nous avons repris un rythme normal (en gros lui il marchait et moi je courais dans tous les sens). La nuit était toujours encore si belle même à deux heures du matin, cette ballade est bien longue mais agréable. Certes il m’est plus facile de me déplacer en pleine nuit car il y a peu de monde dehors à cette heure si. Cependant j’ai eu l’impression de marcher seule pendant un instant et... Eh bien merde mais c’est le cas ! Il sait arrêter sans rien me dire... il regarde qui ? Tout en survolant du regard les alentours. Qui est cette personne ? Son aura me semble si familière qu’il me glaçait le sang, comme si le diable en personne se trouvait ici et après un instant je le perdu de vu. Je me suis donc empressé de me cacher derrière Ed tout en cherchant à nouveau cet inconnu. Après mettre rendu invisible je finis par l’apercevoir couché comme si de rien n’était, seul un ruisseau nous séparais de lui et pourtant il était si calme cela me perturbait.

- Ed... C’est l’un des seigneurs de l’enfer j’en suis sur !

Je le regardais caché derrière sa jambe en étant invisible, attendant quelque réaction de ça par.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre ange et Démon   Jeu 4 Juin - 10:09

J'étais donc là, paisiblement installé devant la grande cheminée se trouvant dans ma masure, à contempler les flammes tout en sirotant une bonne bouteille d'hydromel. Vous me direz, depuis que Yuki est là, c'est tout juste si elle me laisse le droit de m'assoir tranquillement. Moi qui suit habitué à gérer les lieux seul et à ne pas me tourner les pouces... ça change. M'enfin... ça va me ramollir tout ça, je le vois bien venir. Enfin, c'est pas comme si ma force pouvait décroitre. Je redoublerais simplement d'effort pour divers entrainements, ça me permettra de m'occuper un peu l'esprit, mon "cours" étant actuellement parfaitement calme, je pouvais pas des masses compter la dessus. En même temps, grâce au directeur, plusieurs rumeurs quand à ma force et mon caractère bien trempé doivent tourner un peu partout et je peux que comprendre qu'aucun loupiot ne veuille se mouiller dans l'coin. Elle semble avoir une idée en tête, je la sens gigoter. Quelle heure il est... ? Ah ! J'comprends mieux. Elle semble prendre son travail à cœur, c'est bien. Très bien. Je fis donc de même, achevant la bouteille relevée précédemment pour finalement la regarder un instant tandis qu'elle venait m'ouvrir la porte, visiblement d'humeur plus que joyeuse. Comment voulez vous contrer une telle humeur ? Comment voudriez vous que je la coupe dans son élan.... là ? C'est donc après un léger hochement de tête, ayant pour but bien sûr de la remercier pour ce geste, que je pris la sortie tranquillement, suivi de ses pas. Enfin... de ses pas, si on peux appeler "pas " le fait de sautiller partout de manière totalement surexcitée. Cependant, une chose est certaine, A peine eu-t-elle ouvert la bouche pour commencer à fredonner que mon cœur se serra un instant. Ces mots, je les connaissaient, ce mots, je les ai appris, ces mots... n'ont plus caressés mes oreilles depuis maintenant trois milles longues années.  C'est donc là, mêlé de surprise et de joie, que je l'écoutais, me concentrant au mieux pour n'en perdre aucune miette.

Cette tournée s'annonçait visiblement magnifique, une soirée calme devant un bon feu de cheminée, à boire un coup paisiblement, repensant au passé, aux guerres, aux souvenirs. Lorsque j'étais humain, en Asgard ou lorsque je me battais pour dieu. Lorsque j'ai gravis les échelons militaires pour une quelconque cause juste.. peu importe... je ne regrette en rien ma longue vie. Mais imaginez vous là, à ma place, à peine sorti de mes songes, en train de me concentrer pour mon travail, être replongé de la sorte dans la période qui aura bercé ma vie. Non... mon existence. C'est là ce que je suis, c'est la ce qui n'as jamais cessé de faire battre mon cœur, l'essence même de mon âme. Quoi que je puisse être réellement aujourd'hui, mon cœur et mon âme chantent, boivent, combattent pleurent et saigne comme un nordique, comme un viking ! Je restais donc là, à l'observais un instant, comme si sa présence et ses mots me provenaient d'un autre temps, d'une période aussi lointaine que perdue. Comme si c'était là la dernière lueur d'un passé enfoui bien trop profondément sous la terre, à une distance qui m'épuiserait moi même avant que je puisse l'atteindre. Comme si cette douce lueur était parvenue à remonter des tréfonds même pour apporter un peu de réconfort au vieux cœur d'un guerrier tel que moi. Comme si.. Enfin.. en voilà la fin, il faut que je me reprennes. S'assoir ? Bah... pourquoi pas. Tout semble particulièrement et mon instinct ne semble pas particulièrement s'alarmer.

J'étais donc là, paisiblement installé non devant la grande cheminée de ma nouvelle demeure, mais bel et bien à observer l'étendue d'eau se présentant à moi, tentant d'apaiser mon cœur, tentant de colmater une vieille fuite qui venait de s'ouvrir à nouveau quand soudain, l'espace se fit plus calme encore, permettant à Yuki de lancer ce qui serait, cette fois, une véritable bombe. Une bombe telle qu'elle aurait presque suffit à briser la carapace qui s'était forgée autour non pas de mon cœur, mais de mon âme en l'espace des quelques instants qui la suivraient. Ce chant, était tiré d'un vieux poème de mon peuple, un poème presque aussi ancien que mon cœur humain. Un poème que j'ai moi même chanté à maintes reprises, avec mes frères, que ce soit sur terre, en mer ou encore en Asgard, auprès de notre père. Si celui d'avant avait suffi à effriter mon armure, celui-ci venait de suffire à rediriger toute les passions de mon coeur en une seule voix, la sienne. Attention, il ne faut pas pour autant détourner ces mots. Cet être, cette Kitsune, était là l'incarnation de tout ce qui peux faire chavirer l'âme de l'être auquel elle s'attache, c'est là son don naturel et normal. Et c'est là un rêve qu'un vieil homme tel que moi n'aurais jamais crû voir atteindre à nouveau. En cent longues années à suivre un vieillard comme moi, elle en est visiblement parvenue à cerner la moindre petite parcelle de ce coeur. Je ne vous ferais pas de long discourt. Je ne passerais ni par quatre chemins, ni par milles. Cet air, cette idée, cette notion, ce chant était la mon histoire, était la mon nom, mon sang et d'une certaine façon, ce qui fut l'apogée de ma longue existence. Là, je me retrouve avec tout cela, condensé en un instant magique et offert par ses soins. Finalement, il arriva à nouveau une chose qui ne s'était produite depuis bien longtemps. Mon âme frémit. Mon âme vibra et c'est ainsi, de la sorte, que je ne pus que l'accompagner dans son geste, la rejoignant au moment ou mon cœur fut propice à encaisser la surprise, à partir du dernier refrain, ma voix se mêlant donc à la sienne, d'une voix grave, peut être même un peu sombre, trahissant le poids que cela ramenait d'une certaine façon à mon coeur, trahissant les trois milles pensées qui venaient de traverser mon esprit. Le plus ironique dans tout cela, c'est que peu importe lequel de ces deux poèmes je prends, je ne peux que m'identifier personnellement à eux. Ce second, ce refrain en est l'extrême représentation.

"Maintes choses j’ai faites,
Maintes choses j’ai tentées,
Des dieux et des hommes
J’ai entrevu la destiné.
Aux décrets d’Urdr,
Chacun est soumit,
Rougeoyante sera la Terre
Quand Yggdrasil aura frémit.

A la Valhöl s’entraînent les tombés,
Par les Valkyries au combat désignés,
D’Alfödr ils seront les soldats,
Un âge de la hache, un âge de l’épée,
Aux Einherjars appartient ce mandat,
Le temps du Loup et des boucliers fracassés."

Chacune de ces paroles, pour n'en reprendre que le refrain définit une partie de mon âme, car peu importe ce que je pourrais toujours en dire, malgré toutes les choses que j'ai faites et tentées, j'ai finalement vu le destins des dieux et des hommes. J'ai assisté  à la fin de toutes choses et j'y ai survécu.  Je me suis entrainé Au Valhalla en attendant le grand jour, j'ai brandi arme et sang une fois celui-ci atteint. J'ai offert mon âme et mon cœur à cette idéologie qui ne m'as jamais trahi, qui ne m'as jamais déçu. La vie fut ce qu'elle fut et peu importe ce que je pourrais en dire... Chacun des instants passés sous la tutelle de mes dieux seront à jamais les plus beaux de mon existence. En fait, ce que cette Kitsune viens d'accomplir, non.. ce que Kumiko Yuki viens d'accomplir, c'est de ramener à mon coeur un peu de cette sensation, un peu de ce bonheur que je pensais à jamais perdu. Elle venait, dans un sens, de ranimer une petite partie de moi qui s'étaient perdue sous les décombres éternels d'Asgard. C'est donc ainsi, sous cette notion, que ma voix s'était mêlée à la sienne, comme si finalement, nos coeurs s'étaient unis l'espace d'un instant. Une fois ceci accompli, je me trahit même à retenir une larme, chose encore que mon coeur ne s'était plus permis depuis bien longtemps.

J'étais donc là, en train non plus de fixer l'étendue d'eau, mais de la fixer elle, le cœur empli de diverses émotions qui pour moi, étaient comme mortes. Elle venait de me prouver le contraire, en l'espace d'une poignée de minutes. Décidément, comment pourrais-je regretter mon choix? Lorsque j'ai choisi de venir la chercher en pleine conscience, en pleine connaissance de cause, j'étais animé par une volonté qui toute ma vie m'avais animé. Certes cette envie de sauver et de protéger était présente, mais mêlé à cette indicible curiosité, cette curiosité me poussant à rencontrer cette personne qui me voyait, moi, un simple guerrier ayant traversé les âges, comme un véritable dieu. Comment voulez vous, finalement qu'ici, en ce moment précis, je puisse regretter ce choix ? Je puisse regretter de l'avoir sauvée ? Cette femme était là la seule qui étais parvenue à faire redémarrer une partie éteinte de mon âme !

Bon... ne tournons plus en rond, il est là l'heure de reprendre le travail. C'est donc ainsi que la soirée repris, un peu comme si rien de tout cela ne s'était produit, un peu comme si tout ce qui était présent s'était dorénavant volatilisé. Tout, sauf une chose : Cette petite flamme qui venait de naître à nouveau dans mon esprit. Finalement, il était logique qu'une telle soirée ne dure pas éternellement, car effectivement, j'avais remarqué le trouble dont me témoignant Yuki. Vous me direz, tant qu'elle ne m'expliquait pas, je pouvais pas faire grand chose. Une fois ceci dit, ceci dit, il ne me fallut pas réellement longtemps pour réagir, utilisant une partie bien suffisante de ma force pour me propulser directement dans sa direction, atterrissant non pas sans manque de barbarisme (ce qui reste de toute façon propre aux nordiques) au dessus de cet être, prêt à cogner.


-Identifiez vous, ou je repends votre cervelle sur l'herbe fraiche.

Voilà un avertissement clair, net. Je faisais amplement confiance à Yuki, si elle pensait que c'était un ennemi, je n'avais strictement aucune raison de penser le contraire. l'équation est donc atrocement simple : jusqu'à preuve du contraire, c'est un ennemi. Il peux s'estimer heureux que je lui laisse le temps de l'exprimer. En tout cas, la tension déià présente dans l'air suite à mon intervention était la clairement suffisante pour faire comprendre le message : j'avais lâché directement assez de jus pour pouvoir affronter un grand groupe de gargouilles.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
Professeur d'Anglais des Cycle 4 - Seigneur des démons/Démon de l'Orgueil
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 23/01/2015
Age : 21

MessageSujet: Re: Entre ange et Démon   Ven 5 Juin - 22:24



Entre Ange et Démon
“Boy, you knock on the devil's door and he will slam your head through the wall."

 
 

Feat
Eddard & Yuki
Puissant ▬ Honorable
...
Précédemment :Le vent me caressait le visage, et le bruit de l'eau me berçait. Petit à petit mes yeux se fermaient...  


Mes yeux se fermaient petit à petit quand des chants attirèrent mon attention. Sortant de ma torpeur, j'étendais mes sens autour de moi. Hum... Deux personnes, des employés d'après leurs auras. Peu d'élèves avaient des auras aussi distinctes, seul les cycles 4, et encore, étaient capable d'emmètre un tel flux consciemment. Et connaissant mes élèves, ils ne traînaient pas dans mes jambes à deux heures du matin, en pleine nuit... L'instinct de survie sans doute. Enfin, ces longs chants ancestraux furent bientôt accompagnés par des bruits de pas.

Hum, A la démarche des intrus, je pouvais facilement reconnaitre qui était qui. Des pas mastodontesques, pour l'homme à l'aura sauvage, bénie (laissez moi vomir) et ancienne, et des petits pas rapides pour la femme à l'aura de malice, et de glace. Leur odeur me permettait aussi de les distinguer, l'homme sentait le fer et le sang, tandis que l'autre avait une odeur rappelant la peur. C'était la seule chose que je pouvais sentir, car l'odeur de l'homme à ses côtés était très prononcée, et cachait en partie la sienne. Pour tout vous dire, cet homme, pour mon nez délicat, empestait.

Voyez, avec mes sens en éveil, je n'avais aucunement besoin d'ouvrir les yeux. Mon ouils, mon odorat suffisait amplement face à ses deux passant. Leur pas s'arrêtèrent à quelques mètres de moi. J'entendis le hoquetement de l'un deux et un murmure me parvint aux oreilles.

- Ed... C’est l’un des seigneurs de l’enfer, j’en suis sûr !

Ha... Un sourire se dessina sur mes lèvres. Je n'avais pas affaire à n'importe qui. Joie, bonheur, enfin un peu de piment dans ma vie morose de professeur d'Anglais. Mes paupières close, je tremblait. Je me sentais enfin vivant, le sang coulait dans mes veines, mon coeur faisait un vacarme assourdissant à mes oreilles. Je me sentais vivre. Deux êtres exceptionnels à quelques mètres de moi. Aucun des deux n'a l'air d'apprécier ma présence et je ressentais la soif de sang de l'un deux grandir, grandir de seconde en seconde. La confrontation était imminente, qui allait faire le premier pas, eux, moi ?

... Il semblerait que ses gens ne connaissent pas, le terme "subtilité". Pour vous dire, le mastodonte à décider de traverser les quelques mètres qui nous séparrait d'un bond. Il me toisait maintenant, debout au-dessus de moi. Sa voix grave et rocailleuse tonna alors :

-Identifiez-vous, ou je repends votre cervelle sur l'herbe fraiche.

Ha la politesse, un mot inconnu au vocabulaire des barbares. Enfin... Ouvrant enfin les yeux, je me trouvais face à un homme plus ou moins comme je me l'avais imaginé. Grand, Brun, Hirsute, Musclé. Ha, oui ! Roux aussi. Voilà en quelques mots à quoi il ressemblait, plus proche de l'homme des cavernes que de l'homme civilisé. Enfin, Dieu avait du raclée les fond de tiroir pour envoyé un tel... Une telle chose à l'académie. D'habitude, c'était Mickaël ou l'un de ses frères qui voulaient se mesurer à moi. Mais là... Le vieux schnock à fait fort. Un Viking ? Vraiment ?

Un sourire moqueur se posa alors sur mes lèvres et baillant, je pris la parole.

"Allons, allons... Ne nous s'énervons pas, voyons. Nous sommes entre gens civilisé. Tout ne se résout plus pas la violence aujourd'hui. Mettez-vous au goût du jour... Viking, un peu plus de subtilité ne ferait pas de mal à votre répertoire. Enfin... Puisque vous me l'avez si gentiment demandé..."
Je me levai et secouant mes vêtements des restes d'herbes continua. "Je ne nomme Ludwig, je travaille ici."

Mon regard se tourna vers la demoiselle qui se cachait derrière le mammouth "et comme la demoiselle la dit, je suis en effet un démon, je suis le démon de la "lascivité"..." Je me rapprocha du viking et lui glissa sensuellement un doigts le long de sa jugilaire et continua,"Mais ne vous inquiéter pas, les brutes épaisse, ce n'est pas ma tasse de thé, j'ai d'autre chat à fouetté que les envoyés du Très Haut. Tant que vous ne marchez pas sur mes plates-bandes, je ne marcherais pas sur les vôtres. "Je bâillai encore, m'étirant ouvertement devant lui...

Et l'Oscar du meilleur acteur, revient à Lucifer ! Applaudisser mesdames et messieurs !



To be continued ...


© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre ange et Démon   Ven 12 Juin - 20:01

C’est avec un calme certain qu’il répondit à Ed... Ed, toujours aussi direct, à peine j’eus dit « seigneur démon » qu’il bondissait déjà et prêt à répandre ses entrailles. Je le reconnais bien là, même si je dois avouer que le directeur a fait un très bon travail avec lui, car il n'y a pas si longtemps il aurait frappé d’abord puis il saurait poser la question, de qui il pouvait s’agir.

L’homme insinuait être le démon de la lascivité, oui je reconnais bien là la luxure et la paresse. Cependant tu te crois trop douer, tu crois nous avoir berné en un instant et t’as plus grande erreur c’est ton manque de peur. Il n’y a que peut de démons qui peuvent sentir ma présence aussi bien que tu la fais, car oui moi aussi je t’ai senti et ce que je sens fait tomber tous les masques possibles que tu pourrais revêtir. Tellement de démon son passé par ma geôle pour le torturer, tend de fois Satan est passé me voir pour se défouler pour cause de l’un de ces seigneurs de l’enfer. Il n’aimait guère ce qui faisait qu’a leur tête. Je dois avertir Ed que cette chose n’ait pas ce qu’il croit, mais bien plus encore et bien qu’il soit puissant, son aura semble bouillir mais semble aussi freinée dans son ardeur. Mais quelle en ai la cause je ne puis dire, je peux par contre affirmer qu’il ne dispose pas de toute sa puissance.

Je dois vérifier quelque chose, ces attentions, car je sens qu’il était déjà au contact du directeur ce qui indiquerait qu’il n’est pas un ennemi.

- Ton petit jeu est très bien réalisé, cependant ont sous estime toujours l’orgueil des gens, surtout celui des démons, n’est ce pas ?

Ça ne peut être que cela, cette puissance, ce lieu, cette assurance et cette vanité. L’orgueil est l'une des seules que l’on peut confondre, cependant tu es tombé sur plus intelligent que tu le pensais, mais bon c’est le propre de l’orgueil après tout.

- Ed ! Méfis toi ... Il ne dit pas la vérité, mais en même temps je suis persuadé qu’il a été en contacte avec le directeur.

En la présence de cet être néfaste et de la lune haut dessus de nous, l’on pouvait facilement voir mes neuf queues virevoltées avec mon ombre. J’étais prête à m’éloigner au cas où le démon ferais un mouvement brusque, la tension autour d’Ed était presque palpable et même le bruit de ces muscles ce contractant réussissait à parvenir à mes oreilles. Il était prêt à frapper, j’étais assez surprise qu’il ne l’avait pas encore fait, mais je pense que si ça prochaine réponse ne lui plaît pas ça va cogner. Je n’aime pas particulièrement la violence, même si j’avoue que pour une fois l’idée me m’était le sourire aux lèvres et j’avais hâte d’entendre à nouveau le démon mentir pour pouvoir le voir se faire écraser par Ed. Ces années de torture mon rendu moins sentimental quand ça concerne les démons et surtout les lieutenants de Satan.

L’orgueil, je me souviens encore de Satan quand pour la première fois il s'est confié à moi, c’était logique que cela arrive un jour. L’on devient toujours proche avec une personne que l’on torture depuis des décennies, un lien se forme et les discutait se succède quand t’on ne manie pas le fouet. Il me semble qu’il disait de lui que c’était un démon totalement hors de son contrôle car c’est dans sa nature. Il ne venait jamais, mais il faisait du bon travail de son côté, ce qui prouve que ce démon est mauvais. Donc il ferait mieux de se préparer à fuir s'il tient à la vie et surtout s'il veut un jour revoir le soleil.

De plus, il a déjà fait l’erreur de nous prendre pour des idiots ce qui ne plaît pas du tout à Ed et ça risque de lui poser problème. Surtout un ! Ed qui n’aime des tous les comiques de ce genre-là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre ange et Démon   Jeu 2 Juil - 7:29

Luxure et paresse, hmm ? Une belle gueule, allongé par terre sans se fouler. Image parlant, j'dois dire que j'aurais presque pu me faire avoir, même par son manque d'information visible et clair. Presque. Un démon tel que la paresse et la luxure craindrait assez Satan pour porter assez d'informations sur ses ennemis. Sachant que je dois faire partie de son Top deux des têtes à abattre, je penses pouvoir avancer sans réelle difficulté que celui-ci n'est pas vraiment soucieux du bien être de son maître ni des tortures qu'il pourrait lui infliger s'il apprenait qu'il m'avais laissé "vivre", moi et Yuki, pour le coup. Je suis certes lent, mais pas particulièrement idiot, surtout lorsqu'il s'agit de cogner. Je ne vois d'ailleurs plus aucune raison particulière de me contenir. Si ce n'est l'égard possible envers le directeur. C'est donc ainsi que je laisser tomber toutes mes brides, laissant réellement ma puissance monter pour apparaitre comme écrasante, comme si je m'apparaitrais à terrasser l'une des plus terribles créatures de ce monde, l'air autour de moi se frigorifiant nettement, de quoi ajouter à la fraicheur ambiante tandis que la tension pouvait sans aucun doutes même se sentir, témoignant de l'écrasante force physique se trouvant en moi.


-c'est donc ainsi que tu as cru me berner. Pour ta gouverne, je ne suis plus un envoyé du Seigneur depuis longtemps, mais j'ai appris de part l'énorme quantité des tiens que j'ai décimée que vous savez très bien faire preuve de lâcheté en souhaitant vous dissimuler. Comme tout insecte.

Un léger sourire s'était dessiné sur mes lèvres, il est clair que mon esprit ne se situait plus vraiment dans le contexte actuel. Au moindre mensonge, au moindre prochain geste déplaisant de celui-ci, mon poing viendrait montrer toute l'ardeur et tout l'amour possible à ce démon, comme pour de nombreux de ses frères avant lui. C'est une situation plutôt drôle quand on y penses, il est vrai qu'entre Yuki et moi, la marge d'erreur concernant  les démons était assez fine. J'étais bien plus vieux qu'eux deux réunis, et cela me confiait aussi un avantage certain.

-Je constate cependant que tu en sais assez sur moi pour savoir d'ou je viens, étant donné que j'en suis l'unique représentant actuel. Tu dois donc savoir que j'ai combattu bien assez de dieux pour ne craindre aucun démon, petit.

Bah quoi ? on m'as demandé de montrer un peu plus de subtilité, voilà chose faite... Dans la franchise et les données brutes, oui... mais quand bien même ! parti de la, on ne peux plus rien dire et il n'y à plus de subtilité ! Comme j'aime à le dire, pour moi, la subtilité c'est la différence de profondeur entre ma hache et celle de mon camarade dans le crâne du premier adversaire arrivé ! héhéhé...Bref.. il semble aussi ne pas comprendre que marcher sur les plates bandes des autres fait partie de mon travail ici. Mon travail, en un sens, est même de les retourner pour voir si elles ne cachent rien de suspect et dans la mesure ou notre ami ici présent est un démon, je vais m'en faire un littéral plaisir. Voilà qui est fort sympathique. Cela devrait m'occuper de bien des façons ! Si j'avais sur qu'un démon serait invité ici, je me serais sans doutes bien marré depuis déjà un bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre ange et Démon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre ange et Démon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un démon dans le coeur d'un ange. [Terminé]
» Ange gardien
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chrysalis Académie :: En dehors :: Archives :: Rp's-
Sauter vers: