Une académie tout ce qu'il y a de plus normale, à l'exception qu'elle regorge de créatures aussi extraordinaire les unes que les autres.
 

Partagez | 
 

 Un air de déjà vu [PV Ed]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un air de déjà vu [PV Ed]   Mer 3 Juin - 14:22

Quelle nuit sensationnelle, je crois que je n’ai jamais aussi bien dormi et je pense savoir ce qui en est la cause. Après un bref regard autour de moi je pus voir que je suis toujours encore dans son lit à ces côtés (non, non nous n’avons rien fait il sait même pas que j’ai dormi avec lui). Il était si mignon hier soir et il sait endormis comme un bébé au bout de quelques minutes, personnellement j’aurais bien continué de discuter mais je pense que pour lui les conversations incessantes dans l’avion lui on suffit. Je suis si contente qu’il a accepté ma position, même s'il n’avait pas le choix, mais bon il ne se doute pas de mes sentiments pour lui... De toute façon je ne peux pas lui dire, ça m’est interdit donc inutile de me tracasser avec ça. Bon quand faut se lever, faut se lever voyons voir dans quel état et cette... On va dire maison pour simplifier, bien sûr il n’a demandé à personne de s’occuper de la maison pendant son absence, pourquoi ça ne m’étonne pas. Bon après tout il était occupé à me secourir mais heureusement j’ai pris de l’avance pour m’occuper de tout ce bordel et je pense que j’en ai pour un moment. Dommage, je pense que je n’aurai pas le temps de préparer à manger en plus du rangement, il devrait ce lever dans une heure environ... Bon on va se donner une marge supplémentaire un petit baisé pour remplir de doux rêve devrait suffire pour me rajouter une demi-heure, ce n’ai pas le premier après tout alors un de plus ou un de moins ne dérangera personne, en tout cas certainement pas moi.

Après ce bref écart il est temps de bosser, on va commencer par ranger tout ça en commençant par cette bouteille d’hydro... Une petite larme rappelant de bon souvenir datant de juste avant son enlèvement refit surface, cette journée avait bien commencé un peu comme celle-ci, mais espérons qu’elle finit mieux que ma dernière journée ici. Bon ce n’est pas tout ça mais j’au dû boulot... Après une bonne heure de rangement à l’ancienne (c'est-à-dire sans utiliser ses pouvoirs) il était temps de s’occuper du petit déjeuner avec des... Merde il n'y a que des trucs périmés dans ce frigo !

- Quelle conne, tu le fait exprès ! Comment on peut être aussi... Bon ça va tu as compris.

Chut il dort, bon faut faire les courses, c’est cependant quand je vis la porte que cette boule que j’avais sentie il y a longtemps refait. Oui cette journée y ressemble beaucoup, la dernière fois c’était pour un cadeau que je suis partis et cette fois-ci c’est pour... On va dire quelque chose de plus normal, cependant cela me force quand même à m’éloigner de lui et j’avoue que j’ai un peu peur de ça. Non mais ce n’est pas vrai, je ne suis pas obligée de sortir de l’académie pour lui chercher ce qu’il me faut pour son petit déjeuner bordel ! Il y a une taverne pas trop loin j’y vais en vitesse, je pique quelque truc dans la cuisine et je reviens.

Bon j’y vais, après un premier pas en dehors de la masure, je me suis dite que la dernière fois aussi je me suis dis la même chose, donc reste comme même prudente et dépêche toi. Après un allé retour fait très rapidement sous ma forme invisible bien sur je pus enfin le mettre à la tache et lui préparer un déjeuné qu’il va adorer. Après l’avoir entendu ce tourner quelque fois dans son lit, il était presque sur qu’il n’allait plus tarder à ce lever et être assez surpris de tout le travail que j’ai déjà effectuée  ce matin.

Récapitulons, ménage et cuisine... Euh bon plus exactement j’ai rangé, dépoussiéré, passé la serpillière et aérée cette masure. Puis le petit déjeuné, bacon, omelette, baguette volée au passage dans l’auberge, beurre, confiture et bien sûr un bon café qui sera prêt dans deux minutes. Eh... Parfais il se réveille, je suis trop forte à ce jeu-là et un petit coucou (en agitant ces mains toutes contentes) ... Euh pourquoi il me regarde comme ça ? N’y a pas de fille nue à mater là...

Oups j’ai oubliée que je suis plus invisible (oui la belle boulette quand on est invisible le problème des habits ne se pose pas).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un air de déjà vu [PV Ed]   Mer 3 Juin - 16:49

Putain, mon dos. ça doit faire bien une bonne heure que je tourne en rond, cherchant à trouver une position plus confortable pour me reposer encore un peu, car bon, faut croire que me tourner les pouces ici m'as un poil ramolli. M'enfin... tiens... y'a un truc louche. Une présence inhabituelle qui se ballade dans la maison. C'est louche.... Bah, j'vois le mal partout, ça doit être Yuki... Mouais... ça doit être ça. Tiens... quelle est cette étrange sensation ? Semblerait que les songes me rappellent. Bah... Allez, ramène toi vieux Morphée, viens me surprendre, pour une fois ! F'in... ça pour une surprise. J'ai déjà vu ça. Ces cris de guerres, les cors qui retentissent, du sang à ne plus savoir le sentir... De l'hydromel et des rires. Tout ça mélangé... Putain, mais c'est qu'ce con m'as renvoyé au Ragnarök ! Ahhhh toi tu sais t'adresser au cœur d'un vieil homme... Un souvenir triste ? Pourquoi donc ? Car tout ce en quoi j'ai cru s'est éteint ? Voilà donc une idée curieuse. Croyez le ou non, mais c'est ce champ de bataille qui fut le meilleur de toute mon existence. J'en ressens encore les frissons et l'intense plaisir encore aujourd'hui, plus de deux mille ans plus tard. Contrairement à ce que l'on peux croire, la bataille ne s'est pas lancée dans la surprise générale, les dieux ne sont pas si sots. Il y eut avant cela une grande préparation, nous n'avons pas tous passé notre temps à boire tout notre saoul le lait d'Heidrun et remercier Sæhrímnir pour sa viande éternelle. Je me revois encore, là, sous une effusion de sang adverse, observer Hugin et Munin survoler le champ de bataille, je me revois encore jeter mes armes pour affronter mes ennemis à mains nues, arrachant jugulaires et broyant nombre d'os, habité d'un état semblable à celui que l'on appelait "berserker", relevant tous les défis qui se dressaient face à moi pour la gloire de notre père à tous, qui nous observait tout en brandissant sa force à nos côtés. Nous qui en étions dignes, nous qui avons vécu en son nom et pour son sang.

Ahhhhh, Asgard. La grande cité des dieux. Si de mon vivant on m'aurais promis si beau spectacle, je n'y aurais cru qu'à moitié. Non pas que son existence me semblait erronée, mais que jamais mon esprit n'aurais pu imaginer pareille merveille. Revenons en aux songes qui m'enivrent... Ragnarök. Vous devez sans doutes vous demandez pourquoi nous nous battions si ardemment tout en sachant qu'il n'y aurait ce jour là aucun vainqueur, non ? pourquoi nous nous sommes battus, moi et mes frères Einherjar, pour quelle raison avons nous pourfendus, nous sommes nous entraînés, rassasiés pendant tant d'année en l'honneur d'un jour funeste qui ne marquerait que notre disparition à tous ? Pour moi, la réponse est tellement simple que c'en est, d'une certaine façon, atroce : Nous sommes tous nés, nous avons tous combattus et nous nous sommes tous vus grandir sous la bannière de ces dieux. Nous avons tous embrassés leurs valeurs et que Tyr m'en soi témoin, j'ai toujours démontré autant d'honneur que celui qui lui a à lui même incombé, le jour ou il à offert sa main au Fenrir pour quelques années de paix supplémentaires. Alors non, nous ne nous sacrifions non pas pour eux, non pas pour nous. Mais pour une notion simple : Nous ne mourrons jamais sans combattre. Un viking ne meurs jamais sans combattre ! Pour un seul de mes frères Einherjar tombés au combat, trois de nos adversaires rendaient leur dernier souffle, et pour ceux qui ne pouvaient suivre cette règle, un autre se montrait plus digne encore. Nous honorions tous la mémoire de nos frère, à tel point qu'un temps, nous avons même pu croire en notre victoire. Jusqu'à l'arrivée du dieu fripon et de ses enfants. Hel nous couvrit de son armée de morts, Le Jörmungand affronta Thor et le Fenrir, notre père à tous, Odin. Croyez le ou non, mais j'étais près de mon père, lorsque le Fenrir fit son apparition, dévorant le soleil sous nos yeux. Je m'étais montré digne de marcher aux côtés de notre père, m'autorisant comme seules armes les lances qui pouvaient m'arriver à portée de main, afin de les lancer pour briser les os des fous qui osaient se présenter à moi. Odin, lors des dernières années avaient eu le temps de remarquer ma force et m'as choisi pour avancer près de lui. Lorsque le Fenrir se présenta à lui, j'eus l'honneur d'être son ultime bouclier avant qu'il ne soit obligé de se voir ingurgité par la bête.

Croyez le ou non, mais j'ai empoigné le col de celle-ci, le forçant à déposer sa gueule au sol avant de la frapper aussi fort que mes muscles pouvaient encore me le permettre après de si longues heures de batailles et c'est bel et bien lors de la contre attaque de la bête, que plusieurs de mes os se sont vus écrasés et que j'ai abandonné mon oeil droit, douce ironie quand on repense que notre père à sacrifié le gauche pour la connaissance. Malheureusement, ma force bien que plus qu'honorante, n'as pas suffit à terrasser la bête et notre père dû accomplir sa destinée, dans l'honneur et une certaine fierté. Cependant, le songe me témoigna une scène autrement différente. Mjöllnir écrasa Jörmungand et Odin soutint ma force pour arracher la gueule de la bête, offrant à mes frères la possibilité de terrasser les faibles adversaires restant. Une victoire pour l'Asgard. Combien de fois me suis-je demandé ce qui se serait passé si cela se produisit. Combien de fois aurais-je espéré cela pour pouvoir serrer ma femme et mes enfants dans mes bras une fois encore ? Vous ne pouvez même pas imaginer. J'ai même un temps pensé que nos dieux n'étaient finalement que des pions sur un immense échiquier. Qu'Odin me pardonne pour cette Hérésie causée par des temps troublés. Cela s'est produit une fois de trop. Cette vision victorieuse ne pus qu'emplir mon cœur de fierté et de joie, comme pour offrir à mon vieux cœur une bouffée à la fois d'espoir et de vie ! Mais plus j'y repense, plus je me dis que cette fin n'aurais sans doutes pas étée meilleure. Pourquoi ? Je sais aujourd'hui que ni mes dieux ni la croyance aveugle que je leur offrait ne m'ont jamais déçu. J'ai eu l'honneur de vivre, de recevoir la bénédiction de Thor en épousant une femme fantastique et en ayant une fière lignée, remerciant Odin pour m'avoir offert une force suffisante, afin de le rendre fier de mon nom. Suffisamment pour me permettre, le jour du Ragnarök, de combattre près de lui et de pouvoir atteindre le Fenrir. Cependant, notre défaite à tous m'as appris une chose importante, m'as rappelé que mes frères et moi, bien qu'étant la fierté des vikings, étions finalement qu'un groupe de guerrier poussé à son paroxysme. Des humains qui ont eu l'immense honneur d'assister leurs dieux sur le champ d'honneur. Cela n'as aucun prix et je mourrais bien des centaines de millier de fois pour une telle cause.

Cependant, bien que mon cœur fut en partie rassasié tant par ces bons souvenirs, suivi forcément par ceux de ma propre famille, de mon propre sang, l'éveil ne pu s'empêcher de suivre. Celui-ci immédiatement suivi d'une immense bouffée d'air frais qui ne purent que ramener deux questions à mon esprit encore en grande partie endormi : L'odeur, contrairement à ce que je m'attendais, n'étais en rien emplie de poussière et de saleté comme la veille et il y avait même une odeur de..... Café ? Attendez, du café ? J'humais une nouvelle fois l'air ambiant, pour aspirer une nouvelle partie de cette immense odeur. Ce café n'était pas le café semi-infect que l'on nous servait à la cafétéria du coin, loin de là... c'était la du café frais et bien moulu, son odeur ne pouvait le trahir ! Mais que me vaux donc... Attendez.. Yuki ? Non... elle n'avais quand même pas profité de mon repos prolongé (pour une raison bien encore inconnue, cela ne me ressemblait en rien) pour m'offrir une telle surprise à mon réveil, tout de même ? Bon, on va quand même ouvrir les yeux. Ce fut donc chose faite, me redressant doucement pour finalement... Vous savez, ce genre de regard à la fois transpercé de surprise et d'un choc innommable ? Ce genre de regard que l'on peux lancer qu'une fois ou deux dans toute sa vie (bon, j'ai droit à une dérogation du long de mes trois millénaires passés, j'espère ?) Enfin bref, imaginez vous un instant, vieux guerrier rôdé pendant bien des années dans le sang et le métal, à ouvrir les yeux un beau matin pour voir votre regard échouer sur le corps dénudé d'une charmante créature ayant à la fois nettoyé votre demeure et préparé un petit déjeuné digne d'un grand roi d'antan. Finalement, je finis par me reprendre, attrapant en me levant un haut simple, pour moi assez court, pour finalement, en avançant vers elle pour constater tant de la table que de l'état de la maison, la couvrir doucement en lui "enfilant" telle une grande robe de chambre le haut en question, sans un mot. Ensuite vins le temps de l'observation et du constat.


-Tu t'es donnée beaucoup de mal, semblerait... Merci.

Bien sûr, j'allais pas lui faire un cours ou la contredire. C'était la une obligation tant pour elle que pour moi et je savais qu'avant bon nombre d'années, je n'aurais aucune chance de lui faire comprendre. De toute façon, elle doit sans aucun doutes savoir ce que je peux penser de tout ça. Il me reste donc plus qu'à m'assoir et profiter de ce réveil agréable.

-Le rêve, c'était de toi ?

Question simple, accompagnée de quelques bouchées de ce que les anglais nomment affectueusement "breakfast". Parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un air de déjà vu [PV Ed]   Jeu 4 Juin - 9:59

Nue... Devant Ed ! Ouais on s’en fout au final de toute façon ça va encore m’arriver quelquefois et en plus il n'y a rien de mal à user de ces charmes où mieux dit de son physique. De plus il semble aimer le spectacle, je n’aurai pas fait mieux en le faisant exprès mais bon le connaissant... Eh ben voilà, il réagit et des suites il chope au passage un de ces hauts et c’est donc avec une tête rentrée entre mes épaules que j’accueillais cette robe... Enfin un haut mais bon se reviens au même dans le cas présent. Mais à part ma présence nue il semble apprécier le travail que j’ai fait ce matin et bien entendu il semble aimer le petit déjeuné que je viens de lui faire. Je n’ai pas besoin de plus pour être contente et son sourire m’indique que lui non plus, mais voyons voir si le café est à son gout. Il le déguste lentement eh... Oui je le vois sur son visage ça lui plais aussi, pour une Kitsune rien ne fait plus plaisir qu’un merci venant de son maître, chose que j’ai donc appréciée quand il me la dit. Ce sont les gestes et les mots de la vie quotidienne qui représentent les plus beaux cadeaux de ce monde cependant dommage c’est quelque chose que les gens semblent oublier peu à peu.

Le rêve ? Ah oui le rêve j’espère qu’il a apprécié, je ne sais pas si j’en ai fait un peu de trop ou non... Revivre les images du Ragnarök refait façon Yuki était peut-être m’immiscer dans sa vie personnelle et cela lui peut être rappelé des choses qu’il aura voulu oublier. Mais non Ed affronte ces peurs et ne trépasse jamais, donc il n’a que pus appréciait de combattre à nouveau au côté d’Odin père de toute chose... Ouais bon dans sa tête ça devait rendre mieux.

- Oui ... Mait... Euh Ed c’était en partie de moi j’espère que ça t’a plus ?

Ouah j’ai presque fait une connerie, mais bon j’ai évité le drame donc ça va aller. S’assoie finalement en face de lui pour commencer à manger et c’est avec surprise que j’apprécie ma cuisine. Je n’ai pas perdu mes talents avec le temps on dirait et à ce que je vois même si ça fait froid dans le dos, il semblerait qu’Ed et Hades on les mêmes goûts. Hades... Penser à lui me donne toujours envie de déprimer, c’était un dieu cruel et puissant qui régnait sans partage sur le royaume des enfers, d’une main de fer il survécut plus longtemps que chacun de ces frères même réuni et pour cause qu’il ne dépendait pas de la croyance des hommes. C’est dommage cela qui le rendu si noir avec le temps, trahit par ces frères et surtout par Zeus il ne pouvait que devenir ce que l’on voulait de lui. Simplement le mal absolu, ce qui différencie les dieux grecs des autres dieux c’est leur nature vulnérable car ce ne sont pas des vrais dieux mais simplement des entités très puissantes qui on finit par devenir des dieux. Après tout, ce qui définis un dieu est simple non ? Ce qui définit un dieu c’est la croyance, car à partir du moment où l’on est vénéré comme un dieu eh bien on le devient. Hades était un dieu qui ne me punissait jamais sans raison ou alors très rarement et il avait plein de petit caprice comme le fait qu’il m’a fait apprendre à chanter par les meilleurs prisonniers de son royaume et un jour il a même presque déclenché une guerre contre son frère Zeus car il lui a volé une âme. Celle d’un homme adorable qui chantait d’une manière divine, cet homme m’appelait sans cesse sa muse et disais que j’étais une exquise créature. Ma mère n’était pas présente bien longtemps à mes côtés, après tout elle avait vécu bien assez longtemps et m’avait enseigné comment bien servir mon maître. Cependant ça mort ne fut d’une certaine manière, pas naturel, car elle était la clef ! Hades n’avait confiance en personne pas même en son propre fils, le Kraken monstre répugnant dirigé par des instincts primitifs et dotés d’une force assez colossale pour être un réel danger pour Ed !
Mais je m’égare là, Hades me montra un jour le tartare et le chemin à travers le labyrinthe, il m’expliqua que ce monde et pas seulement les enfers, était remplis de traître, il savait que la traîtrise était une chose que je ne pouvais comprendre et c’est pour ça qu’il a voyagé à travers le monde pour trouver une Kitsune. Pourquoi ? Car comme je l’ai dit nous ne connaissons pas la notion de trahison et c’est ensuite qu’il m’emmena au cœur du tartare en face de son père le titan Chronos enchaînes et affaiblis. Il demanda à ma mère de s’agenouiller face à ce titan, puis il lui dit ces mots, ces mots que je connais encore parfaitement.

- Ma bien aimée, je te donne le droit à dix mots pour ta fille.

Je ne comprenais pas ce qui se passait et pourquoi dix mots, je me disais qu’elle allait être punie pour quelque chose mais quoi ? Et pourquoi une telle mise en scène... Ma mère me dite alors:

- Ma fille, je t’aime ma chérie, sers le bien.

À ce moment précis il lui transperça le cœur armé de son sceptre... Vous savez ce que l’on ressent à ce moment-là . Ben moi je le sais qu’à moitié car seule la tristesse me parvenait et la haine ne pouvait m’atteindre car c’était mon maître qui avait tué ma mère et cela m’était donc interdit. Il m’ordonna ensuite d’arrêter de pleurer et de pousser ma mère sur le côté car je devais me placer comme elle. C’est donc les mains remplies du sang de ma mère que je me plaçais à l’endroit exacte de sa mort et le tout sans larme, mais seulement une tristesse refoulée. Il se plaça derrière moi, je m’attendais à rejoindre ma mère... Mais non ! IL récita une sorte de formule, formule qui sera la raison de ma souffrance pour l’éternité à venir. Il me dit une fois terminé:

- Tu es la gardienne des enfers comme t’as mère l'été, tu connais son emplacement et le seul moyen d’y rentrer et cela jusqu’au jour ou t’as fille atteindra la majorité. Tu es à présent la clef des enfers et la seule personne en qui j’ai confiance.

Sur ces mots je me tournais vers lui pour voir non pas un dieu noir et cruel. Mais un homme en larmes attristé par le geste qu’il était forcé de faire... Ce fut la seule fois, la seule fois où je l’ai pris dans mes bras pour pleurer ensemble. Après quelques minutes il me repoussa, il était à nouveau devenu ce Dieu méchant, il m’expliqua qu’un jour j’aurai droit à la même cérémonie.

Après ce jour funeste je l’ai servi pendant bien des années jusqu’au jour où il s’effondra sous la puissance de Satan. Un combat valeureux qui finit par la chute du seigneur Hades, il savait qu’il allait perdre mais il l'a tout de même affronté sur un terrain neutre. Son regard au moment de périr était pour moi, d’une certaine manière ce n’ai pas un soulagement que j’ai ressenti, mais une tristesse qui surpassait celle du jour du trépas de ma mère. Mon maître venait de périr, son regard dans le mien il semblait enfin en paix avec lui-même mais triste de me quitter... Moi l’une des deux seules femmes qu’il a aimées. Il était triste car il savait que jamais je ne le trahirais et qu’à cause de cela, j’allais souffrir pour l’éternité entre les mains de Satan.

C’est alors que je suis revenus dans le présent pour voir le regard de mon nouveau maître, son regard était lourd de sens, mais c’est bien les larmes aux yeux que je me suis levé pour lui sauter dans les bras, le serrant le  plus fort possible pour m’assurer qu’il ne parte pas.

- Reste pour toujours avec moi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un air de déjà vu [PV Ed]   Ven 5 Juin - 9:00

Quand on y réfléchit, mine de rien, on se rends rapidement compte que c'est là un contexte assez drôle. Beaucoup de personnes dans ma positions de ce matin n'aurait sans aucun doutes pas agi de la même façon. En un sens, je n'imagine pas vraiment comme Yuki serait traitée si je n'avais pas été un homme bourré d'autant de valeurs. Cette idée m'arracha un léger, très léger soupir. Elle à pas du en voir du rose, en tout cas pas beaucoup, dans sa vie. Oui, c'est plus ou moins à ce genre de choses que je réfléchis lorsque je mange du bacon avec mes œufs le matin. Des œufs et du bacon... Fut un temps ou j'appréciais encore prendre le temps de cuisiner pour moi seul, ne me souciant pas réellement du fait d'être une âme solitaire. Fut un temps ou tout cela n'aurais été qu'une vaste et lourde blague pour le cœur de vieillard. Vous imaginez ce que c'est que de se lever en sentant l'odeur d'un grand petit déjeuner alors que jusque là, vous vous contentiez limite d'un morceau de pain, tant la foi de combler votre estomac vous était faible ? Ce qu'est le fait de pouvoir s'assoir à une table en regardant quelqu'un prendre plaisir à vous voir manger ? Bien entendu, j'ai déjà été invité en bien des maisons, au court de ma longue vie, que ce soit la famille de personnes que j'ai eu l'honneur de pouvoir sauver sur le champ de bataille, ou quelconque autre représentation possible. Mais là, ce n'est pas pareil. Quand on est habitué à se trouver un coin isolé ou vivre, se contentant du minimum possible pendant plus de trente générations humaines (en partant du principe que la dite génération se situe à cent année chacune !). Oh, je viens de comprendre, vous vous demandez ce qui est drôle la dedans, hein ? C'est pourtant simple. Au cours de ma longue vie, je n'ai connu semblable scène qu'une seule et unique fois. Au cours de ma longue vie, je n'ai vécu sous le même toit qu'une femme une seule et unique fois avant aujourd'hui. Ai-je le droit de me reposer ainsi ? Ai-je le droit de me permettre ainsi le repos, Eldrid (signification : Celle qui chevauche le feu - Valkyrie) ?

Je sais bien que peu importe le nombre de fois que je pourrais la questionner, jamais plus elle ne me répondra. Elle repose avec nos dieux et nos famille en Asgard, l'ancien royaume des dieux. Là ou je devrais être aujourd'hui, moi aussi. Je me souviens, le jour de ma mort. J'y avais vécu un repas plus ou moins semblable, en tout cas en quantité et en qualité. Je devais partir avec les miens pour contrer les guerriers d'un village voisins. Ceux-ci, en plus de vénérer le dieu fripon, nous avaient accusés à tord d'avoir tuer la fille de leur chef. Vous vous doutez bien que c'était la sûr notre honneur que nous avons dû riposter. Croyez le ou non, mais j'étais à cette époque le chef de mon propre village. Je n'aspirais à rien d'exceptionnel, si ce n'était faire vivre paisiblement les miens. J'ai donc déclaré en duel leur chef, sur l'honneur. Ma force était reconnue et crainte. Je n'avais pas pris ma place de chef en passant mon temps à me dandiner, vous devez vous en douter, mais bel et bien au fil de ma hache et à la force de mes poings. Enfin... J'ai bien entendu remporté le duel haut la main, mais lorsque j'allais trancher sa tête, l'un de ses hommes s'insurgea pour lui sauver la vie, plantant son arme dans mon dos. Bien entendu, cela n'as pas suffit à m'achever et j'ai tout de même tranché la tête du chef qui avais eu l'audace de m'insulter, avant d'en faire de même avec son suivant. Ce geste, bien que justifié eut pour réaction de déclencher une nouvelle guerre entre ses anciens hommes, que j'avais eu la bonté de laisser libre et les miens. J'ai brandi mon arme et ai combattu auprès des miens malgré la douleur et la blessure qui s'ouvrait peu à peu un peu plus, signant mon arrêt de mort. Mon geste à cependant permis à mes hommes de garder l'avantage... de garder ma famille en vie. C'était la mon seul souhait, un souhait suffisant pour combler le cœur du vieux guerrier que j'étais. Je me suis donc éteint. J'ai donc rejoint les miens aux grandes halles pour honorer notre père.

Ce qui est drôle, vous devez maintenant l'avoir parfaitement compris. Cette femme, Yuki Kumiko, tentait de s'occuper de moi, venait de ramener à ma mémoire entaillée par les années l'image de ma propre femme. Elles avaient la même façon de tenter de m'empêcher de les aider. Bien que ma femme ne pouvait pas me plonger dans les rêves par magie, elle maniait une poêle avec une dextérité rare ! C'était là ceci dit et malgré ce côté un peu "sauvage" une femme magnifique et foncièrement bonne. Alors que je sortais peu à peu de mes pensées, observant un instant la jeune femme en face de moi, je ne pus que constater de son état. Il semblerait que je ne sois pas le seul qui aurait aimé partager un rêve plus joyeux que ce que fus la dure réalité. Je ne pouvais que constater de son regard évasif, en partie vide et larmoyant... je ne pus que constater que ses pensées en cet instant précis ne pouvaient qu'être très sombres. Cela m'arracha un léger soupir, tandis que savais pertinemment que la déranger dans cet état serait sans aucun doutes l'une des pires erreurs que je pourrais faire. Voilà maintenant que j'ai eu l'occasion de la voir triste et heureuse. Cette petite femme ne sait décidément pas ou elle à mal. Enfin, qu'elle le sache ou non, elle doit avoir son propre lot de douleurs variées sur ses petites épaules. Mille ans, hein ? J'étais ou, déjà, lors de sa naissance ? Il me semble qu'à cette lointaine époque, j'avais aidé Feu Knud le grand à combattre l'Angleterre, dans le Wessex. En tout cas, jusqu'à ce que mon vieil ami Olav Haraldsson ne parvienne à me convaincre une fois l'assurance de cette première guerre certifiée, de l'aider à réclamer son trône auprès d'Eric Hakonsson. Nous avons donc finalement affrontés son frère Svein et son armée. C'est en tout cas bien ce que je pensais... lorsqu'elle n'était encore qu'en âge de téter le lait maternel, j'étais déjà en train de combattre auprès des hommes. C'est quand même drôle quand on y penses (oui, beaucoup de choses le sont, de mon point de vue). Après avoir passé environ 500Ans à m'entrainer et à combattre avec les miens au Valhalla, après avoir passé près de 800ans à combattre pour dieu contre les démons au point de voir le sang recouvrir toute source de lumière ainsi que 1700 ans à me battre pour des guerres humaines plus ou moins ridicules je me retrouve aujourd'hui ici, à tenter de mettre fin à cette errance qui aura duré finalement bien trop d'années. Le plus drôle, c'est d'imaginer savoir que j'ai combattu avec bien des peuples différents, sous bien des bannière différentes. Quand la cause était juste, qu'elle faisait vibrer mon âme, je suivait. Rien de plus.

Tiens, la voilà qui semble revenir à elle. Elle se lève, contourne la table et me saute littéralement dessus, me serrant comme si sa vie même en dépendait. "Reste pour toujours avec moi !". Voilà qui n'est plus même une question. Je ne sais quels sont ses souvenirs qui sont venus l'assombrir autant, mais il semblerait que ceux-ci se voient une réelle efficacité quand à amocher son cœur. Il m'est hors de question que cela reste ainsi. Je restais donc là, un instant, à me demander ce que je pouvais bien faire pour tenter de la rassurer un peu, moi qui n'avais jamais tenu une femme dans mes bras depuis bien longtemps. Finalement, une fois la phase "gêne obligatoire" passée, je finis par lui rendre ce même geste, prenant ainsi la parole.


-Je ne sais combien de temps il reste à un vieillard comme moi, mais je ne vois aucune raison de t'empêcher de rester ici, pour me tenir compagnie, jusqu'à la fin. En tout cas, tu peux me croire sur une chose, c'est pas bon de garder ses démons pour soi. Si jamais t'as besoin de lâcher un peu de lest, tu peux y aller, j'ai les épaules solides.

Voilà chose dite, voilà chose faite. C'est drôle, depuis mon arrivée à l'académie, deux personnes ont réussi, en dehors d'un combat, à m'arracher plus d'une phrase. Faut croire que je ramollis vraiment. Même si je suis sûr que tu dois penser le contraire, hein Eld ? Crois tu que je pourrais lâcher un peu de mes propres ténèbres pour accueillir à nouveau un peu de lumière ? J'ai déjà eu bien assez de lumière, bien assez pour toute une vie, entre ma vie à tes côtés et la grande cité des dieux... Alors crois tu que maintenant encore, je puisse en profiter comme si rien de tout ça ne s'était produit, au détriment de ce que je suis devenu ? En sachant que je vous ai, toi et nos enfants, abandonnés bien trop tôt ? Encore une fois, je sais que tu ne me répondra pas... Je ne sais ce que cherches à obtenir Yuki. Je ne sais ce que mon vieux coeur peux encore contenir, offrir. Mais si elle veux rester ici pour le voir, je n'ai strictement aucune raison de la repousser... Si ce n'est la même chose qui m'as toujours poussé à être seul. Mais jusque là.. j'avais le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un air de déjà vu [PV Ed]   Dim 7 Juin - 9:55

Tu resterais avec une personne telle que moi. Pourquoi ? Je te suis si inutile et pourtant je sens ton cœur battre la chamade comme si mon amour pour toi serait réciproque. Je connais tous tes songes, car en m’acceptant auprès de toi tu m’as donné le droit de savoir tout de toi. Eld ? Me laisseras-tu te remplacer, pour lui redonner gout à la vie ? Je sais que tu n’es plus et c’est bien pour ça que j’espère qu’il existe encore de la place pour moi. Les souvenirs des défunts sont souvent plus forts que les souvenirs des vivants.

Je peux dit tu . Jusqu’à la fin de toute chose ? La fin ne peut t’emmener toi mais moi oui ! Mais je me laisserais pas faire, pour la première fois de mon existence je les utiliserais, j’utiliserais ses pouvoirs pour rester à tes côtés s'il le faut. Je sais que tu as des épaules solides, mais je n’ai pas à te rajouter du poids, tu en porte déjà assez et je ne pleure pas pour les raisons que tu crois Ed. Je pleur pas de peur ou de tristesse, ni pour les mêmes raisons que ton cœur pleur en silence depuis plusieurs millénaires. Comment je le sais ? C’est ton cœur qui me la dis, ou plutôt tes rêves, car je n’ai pas réellement choisi de quoi tu allais rêver. J’ai demandé à ton cœur de te donner une vision de l’événement le plus important de ta vie et d'en faire un moment merveilleux. Ton cœur pleur de solitude, car cet événement t'a donné comme cadeau une vis de solitude et de combat. Tu aimes certes te battre, mais tu aimes rentrer dans un endroit que tu peux nommer foyer, n’est ce pas. Je ne te le dirai certainement jamais mais ce n’est pas grave. Tu veux connaitre mes raisons?

- Tu te méprends, je n’ai pas besoin de lâcher un peu de lest, mes larmes sont pour les morts, ma vie n’a été que souffrance pendant des centaines et des centaines d’années car je vis pour les morts, je vis et je souffre pour eux!

Oui pour le souhait de ma mère quand elle m'a demandé de bien le servir au moment de mourir et pour mon ancien maître Hades qui m'a confié toute sa confiance pour que je protège les enfers et d’une certaine manière de cette manière je protège le monde du fléau qui s'y trouve.

- Me laisseras-tu une place ici même ? *tout en posant sa main contre son cœur*
 
Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça, mais je pense que cela devait être important pour moi et c’est donc sorti toute seule tout simplement.

- Pardonne-moi... Je n’ai rien à exiger de mon maitre, je manque à tous mes devoirs de Kitsune.

Il ne va pas apprécier, mais c’est un fait, je n’ai rien à exiger de lui et cela sera ma souffrance à ses côtés et cela jusqu’à la fin. Je pense que je me suis montré trop humaine avec lui et il commence à me voir comme une autre créature. Je ne changerais pas, mais je peux lui montrer ce que je suis vraiment, je ne dois pas tomber dans le piège dont tant de Kitsune sont tombés et se sont vu briser pour cela. Nous ne devons être amoureux de notre maître, surtout quand il est humain et même Ed bien qu’il n’en ait pas la force, reste bel et bien un humain.

Je me suis donc assise sur ces genoux, puis je me suis transformé en Kitsune, en fessant en sorte que mes neuf queues ne le maudissent pas. Une lumière aveuglante émanait de moi pour au final prendre ma vraie forme, celle d’une renarde à neuf queues, d'une blancheur plus pure que la neige (comme mon nom) Brillante aux yeux bleus très intenses.

- Je prendrais soin de toi, telle est mon souhait et mon devoir. Alors ne cherche pas à m’alléger mais si tu le souhaites je peux en prendre pour toi. Je connais ton cœur, mieux peut-être que tu le penses ou le connais toi-même. Ce vide, ce manque, je peux faire quelque chose pour ... Si tu le veux en tout cas, mais tu n’as pas besoin de me répondre mon cher maître.

Tu ne vas pas me répondre bien sur, ou tu va chercher à l’éviter car tu n’es pas prêt à t’ouvrir à moi et je comprends pourquoi. Je me suis donc couché sur ces genoux, posant ma tête contre son ventre pour pouvoir le regarder droit dans les yeux.

- Me caresseras-tu ? C’est la seule chose que Hades faisait pour moi à l’époque.

Me caresser ainsi, le forcerai à m’accepter telle que je suis et éviterai tout futur mépris. Je t’aime Ed, mais cela est impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un air de déjà vu [PV Ed]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un air de déjà vu [PV Ed]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chrysalis Académie :: En dehors :: Archives :: Rp's-
Sauter vers: