Une académie tout ce qu'il y a de plus normale, à l'exception qu'elle regorge de créatures aussi extraordinaire les unes que les autres.
 

Partagez | 
 

 Seul ou presque [Edwige Flamel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Genesis Rhapsodos
Professeur de Philosophie des Cycles 3 & 4 - Néphilim déchu
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 15/09/2015
Age : 37
Localisation : ici et là

MessageSujet: Seul ou presque [Edwige Flamel]   Sam 26 Sep - 23:24






"
« La vie est comme un jeu d’échecs : nous esquissons un plan, mais celui-ci est tributaire de ce que daignent faire l’adversaire aux échecs et le destin dans la vie. ».
"


La sonnerie pénétra ma conscience comme une aiguille brûlante. Je rêvais d'un mur éclaboussé de soleil. Je marchais en suivant son ombre le long de la paroi blanche. Le mus n'avait ni début ni fin. Le mur était l'univers. Lisse, éblouissant, indifférent...

La sonnerie à nouveau pénétra ma conscience. J'ouvris les yeux. Découvris les chiffres luminescents du réveil à quartz posé près de moi. Huit heures. Je me leva sur un coude, posant un pied après l'autre sur le sol froid de ma chambre à couché. Un sourire viens se coller sur le coin de mes lèvres. Je me dressa doucement, laissant mes bras s'étirer de tout leur long. Un bâillement sortis de mes lèvres. Je me dirigea vers la sortis de cette chambre, allant directement dans la salle de bain. J'ouvris l'eau chaude la laissant couler un peu puis, l'eau froide. Une fois à bonne température je me glissa à l'intérieur de la cabine de douche.

Savonner et propre comme un sous neuf, je coupa l'eau, pris une serviette poser non loin de moi. Je l'enroula autour de ma taille et j'en pris alors une seconde pour me sécher le corps et mes cheveux roux. De ma main droite je viens essuyer le miroir embué. Je me regarda dans celui-ci un instant, puis j'empoigna ma brosse à dent et mon tube de dentifrice. Je déposer du dentifrice sur tout le long des poils de ma brosse à dent. Je frotta énergiquement mes quenottes du mieux que possible et me rinça une fois cela terminé. Un coup de brosse à cheveux dans ma chevelure.

Je pris mes vêtements que j'avais déposer dans la salle d'eau la veille au soir, me les enfilant tout autour de mon corps nu. Un boxer de couleur noir très classique, ensuite une paire de chaussette tout aussi sombre. A mes jambes un pantalon en jeans de couleur ténèbres et une t-shirt de couleur blanc. Et oui, mon style depuis un bon moment ne changer pas vraiment. Je m'habillé toujours de couleur sombre et en guise de veste ma longue veste rouge qui me rappelle là d'ou je viens et pourquoi je n'y suis plus. J'étais fin prêt. Je posa serviettes sur le séchoir prévu à cet effet puis, je quitta sans un bruit la salle de bain.

Je me dirigea par la suite dans la cuisine l'endroit le plus enivrant pour ma bouche. Dans un placard je sortis un bol, ou je versa des céréales avec du lait, ensuite je pris un verre ou je versa un jus de pomme et pour finir je pris pain, beurre et confiture afin de me faire des tartines. Un petit déjeuner de roi. Une gorgée de jus de pomme, une bouchée de céréales et ainsi de suite jusqu'à ce que je n'ai plus rien du tout à avaler. Je fis la vaisselle que j'avais utiliser, puis je sortis de l'appartement que l'académie m'avait confier.

Je venais d'arriver à l'académie je ne connaissais personne et je chercher le directeur de celle-ci mais, je ne le trouva point en se beau matin. Alors que je le chercher un peu partout et que j'avais entendu qu'il serai potentiellement dans sa roseraie, je me dirigea vers celle-ci.

Une fois devant l'entrée de celle-ci je vis qu'elle était ouverte et j'y pénétra sans faire de bruit, et là je tomba nez à nez avec une très grande collection de rose. Il y en avait de toutes les couleurs. Une pris une grande inspiration tout en fermant les yeux. Le parfum pénétra dans le cœur de mes narines. Un doux parfum enivrant. J'ouvrit une nouvelle fois les yeux et secoua la tête de gauche à droite.

-Monsieur Flamel ? Vous êtes là ?

Demandais-je d'une voix sûre et non trop forte, car je ne voulez pas déranger le directeur si il était en pleine méditation. Je resta à l’orée du seuil de l'entré attendant une réponse de la part de se monsieur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwige Mélisendre Flamel
3ème année - Elémentaliste de feu - Fille du Directeur
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/09/2015

MessageSujet: Re: Seul ou presque [Edwige Flamel]   Dim 27 Sep - 10:29

Ce matin, comme tout les matins, Edwige s'était levée bien plus tard que sa camarade de chambre. Pourquoi? Car elle avait des problèmes et étant la fille du directeur, elle avait le droit de raté des cours. En faite, elle n'allait plus en cours du tout. Sauf à ceux de Magie Elémentaire du professeur Absynthe, de musique et de bestiaire ésotérique. Elle se disait qu'elle devrait aller à ceux de Maîtrise des pouvoirs du professeur Nihilum, mais celui-ci lui faisait peur, alors elle ne montrait même pas le bout de son nez. Elle avait trop peur d'elle-même pour se montrer dans les cours qu'elle ne maîtrisait pas. Elle se fixait des barrières, pour mieux se contrôler.

Aujourd'hui, Edwige avait choisit de s'habiller d'une belle robe bleu turquoise avec un peu de noir et un petit chemisier blanc. Edwige était comme son père, elle aimait déjeuner dehors le matin. Elle alla donc chercher son panier repas au réfectoire. Dans celui-ci, il y avait une large tranche de pain briochée avec un oeuf dessus, du tofu fris, un sandwich croissant et une petite soupe de pêche froide. Elle prit avec sa la clé de la roseraie. C'est la qu'elle avait choisit de prendre son petit déjeuner. Elle y entra, et s'assit à la petite table de jardin devant les roses noires et bleues. Finalement bien installée, elle commença à petit déjeuner.

C'est alors qu'elle finit par entendre quelqu'un qui semblait chercher son père. Elle aperçut un grand homme roux, et essaya de parler le plus fort qu'elle pu, bien que ce fut difficile pour quelqu'un atteint de mutisme sélectif. Elle referma alors son livre sur les animaux marins.


- Vous cherchez mon père?.. Il n'est pas ici.. Il doit être dans son bureau.. Ou sur la plage..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genesis Rhapsodos
Professeur de Philosophie des Cycles 3 & 4 - Néphilim déchu
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 15/09/2015
Age : 37
Localisation : ici et là

MessageSujet: Re: Seul ou presque [Edwige Flamel]   Lun 28 Sep - 12:46






"
« La vie est comme un jeu d’échecs : nous esquissons un plan, mais celui-ci est tributaire de ce que daignent faire l’adversaire aux échecs et le destin dans la vie. ».
"


Je m'attendais à entendre une voix plus masculine que celle que je venais d'entendre. Je fit quelques pas de plus pour apercevoir la jeune demoiselle qui se trouver là à manger seule. J'afficha un sourire en coin de mes lèvres passant ma main droite derrière ma nuque me la grattant machinalement.

-Ah ? Il n'est pas là... Vous ne savez pas quand es-ce qu'il sera de nouveau là ? Car j'ai demander il n'est pas dans son bureau et je ne connais rien de cet endroit alors si c'est pour aller à la plage et me perdre en route sa serai un peu embêtant.

Dis-je d'une voix sereine mais, un peu angoisser. La jeune fille, avait des cheveux blond et porter une petite robe qui lui aller à ravir. Puis, j'avais vu que je ne m'était pas présenter à elle. Et je devais sans nul doute le faire, dans la pure simple des politesse.

-Je suis Monsieur Rhapsodos, professeur de Philosophie des Cycles 3 et 4, je viens d'arriver. Je suis enchanté de faire votre connaissance Mademoiselle Flamel.

Oui, j'ai bien dit Mademoiselle Flamel, car même si je ne connaissais pas le nom de cette petite, elle était la fille du directeur vu que c'est elle qui me la signaler. Je lui adressais un petit sourire en coin de mes lèvres me tournant vers les différentes roses qui se trouvais dans cet endroit.

-C'est un très jolie panel de couleur je comprend pourquoi vous êtes venu déjeuner ici. Mais, ais-je vraiment le droit d'être dans cet endroit ?

C'était une question que je m'étais poser à moi-même, car sur la porte il y avait un écriteaux interdit aux élèves de l'académie mais, rien pour les professeurs. Et cette demoiselle avait certainement tout les droit vu que c'était la fille du directeur. Je laissais mes yeux couleur océan vaguer sur les roses.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwige Mélisendre Flamel
3ème année - Elémentaliste de feu - Fille du Directeur
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/09/2015

MessageSujet: Re: Seul ou presque [Edwige Flamel]   Ven 2 Oct - 14:04


Edwige se surprit à rougir un peu. Ce genre de chose n'était pas arrivé depuis longtemps. Le professeur en face d'elle lui plaisait beaucoup, il était roux comme elle.. Il avait un beau manteau rouge en cuir? Oui, du cuir se dit Edwige, enfin, c'est ce qu'elle voyait de loin. Il avait l'air gentil en plus de cela. En plus il était professeur de Philosophie, elle aimait cette matière, mais ne pouvait pas encore suivre des cours. Mais.. Cela voulait dire aussi qu'il aimait lire. Ca c'était bien. Elle sourit alors un peu. Malgré que sa gorge lui faisait mal. Elle avait déjà trop parlait. Et son coeur battait un peu fort. Il fallait qu'elle se contrôle... Sinon cela allait mal finir... Elle respira alors lentement et profondément... Le fille du directeur baissa doucement d'un ton.

Le professeur c'était présentait, à elle de faire de même.


- Je m'appelle.. Edwige Mélisendre.. Flamel.. Je suis.. Enchantée.. Je suis en cycle 2.. Eim.. En vérité, non.. Vous n'avez pas le droit.. Mais comme j'en ai le droit.. Je dirais que vous me tenez.. Compagnie. Attendez ici avec moi.. S'il vous plait.. Mon père ne devrait plus tarder.. Je ne veux pas être seule avec lui..

Elle avait dit ça d'une voix bien triste. Mais elle tremblait un peu, elle respira encore plus profondément... Ne perd par le contrôle sur tes émotions Edwige...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genesis Rhapsodos
Professeur de Philosophie des Cycles 3 & 4 - Néphilim déchu
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 15/09/2015
Age : 37
Localisation : ici et là

MessageSujet: Re: Seul ou presque [Edwige Flamel]   Dim 4 Oct - 17:20






"
« La vie est comme un jeu d’échecs : nous esquissons un plan, mais celui-ci est tributaire de ce que daignent faire l’adversaire aux échecs et le destin dans la vie. ».
"



- Je m'appelle.. Edwige Mélisendre.. Flamel.. Je suis.. Enchantée.. Je suis en cycle 2.. Eim.. En vérité, non.. Vous n'avez pas le droit.. Mais comme j'en ai le droit.. Je dirais que vous me tenez.. Compagnie. Attendez ici avec moi.. S'il vous plait.. Mon père ne devrait plus tarder.. Je ne veux pas être seule avec lui..

La voix de la demoiselle résonner tendrement dans cet endroit clos. Donc, je n'avais non plus pas le droit d'accéder à ce jardin secret de Monsieur Flamel. J'adressais un sourire à la jeune fille tout en acquiesçant de la tête.

-Entendu je vais patienter avec vous un petit moment, le temps que votre père vienne à notre rencontre.

Je lui dit cela sur un ton très calme et poser, face à une demoiselle qui semble si fragile comme elle peu le paraître je ne reste pas de marbre et je reste tout aussi poli que je le peu. Mais, la fin de sa phrase résonner encore au fond de ma tête. Elle ne voulait pas être seule avec lui mais, pourquoi cela ? Je ne dois pas poser cette question car, cela ne me regarde en rien et puis, je ne la connais pas du tout, ni son père à dire vrai, donc je ne me mêlerais pas de leur affaires.

Je oyais bien qu'elle n'allait pas bien du tout mais, que faire dans ce genre de situation ? Je ne sais pas vraiment car, il est vrai que j'ai beaucoup de mal avec les relations "humaine" ces derniers temps. Alors je change de sujet pour essayer de lui effacer ses craintes.

-L'odeur de rose, faible, grâce au vent léger d'été qui passe,se mêle aux parfums qu'elle a mis. C'est une citation que j'aime beaucoup, elle est de Paul Verlaine. Est-ce que vous connaissez ?

Demandais-je tout en lui adressant un petit sourire. Paul Verlaine est un poète Français que j'apprécie beaucoup mais, rien de comparable avec Loveless, que l'on peux prendre pour un poème, une pièce de théâtre ou encore un film. C'est sans doute mon côté professeur qui prend le dessus à ce moment-là, en même temps pour savoir étudier la philosophie, il faut avoir lu des livres et recueille de grande littérature. Car, c'est dans ses bouquins que l'ont trouve le plus de phrase philosophique.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seul ou presque [Edwige Flamel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seul ou presque [Edwige Flamel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seul sous les projecteurs, ou presque... [Libre]
» Un dîner presque parfait
» Seul et perdu...
» Big Boss motorisé. Seul ou accompagné ?
» Il suffirait de presque rien ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chrysalis Académie :: Haute île :: Roseraie-
Sauter vers: