Une académie tout ce qu'il y a de plus normale, à l'exception qu'elle regorge de créatures aussi extraordinaire les unes que les autres.
 

Partagez | 
 

 Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]   Jeu 4 Juin - 8:29

Encore une putain d'journée. Enfin, par putain j'm'entends hein, j'ai payé personne pour la vivre. M'enfin, peut être que celle-ci sortira un poil du lot. Aujourd'hui, j'ai fait venir une des personnes ayant été recrutée comme surveillante dans l'académie en mon absence. Normal que je daigne la rencontrer, histoire de voir si Flamel ne l'as pas recrutée uniquement pour des formes bien présentées. Et encore, même ça j'peux pas particulièrement en témoigner, j'ai pas ouvert son dossier. C'est pas là une chose importante pour moi, fin.. regardez ma gueule quoi, beaucoup diraient et ils auraient bien raison que les belles années sont maintenant bien loin derrière moi (plus de trois mille ans, même, je dirais, ce qui reste quand même pas franchement négligeable, comme détail, pas vrai ?)M'enfin, après avoir pu bénéficier d'un petit déjeuner et d'un réveil made in Yuki, j'ai paisiblement pu m'adonner à mon entrainement matinal. Rien de bien sorcier, si je peux dire, un léger entrainement technique accompagné de quelques "exercices" pour garder la forme. Ma force ne pouvant décroitre, je dois dire que je n'ai pas franchement de soucis d'ordre... "fragilisant". Mais aujourd'hui allait posséder un entrainement particulier, plus un petit test délirant personnel qu'un véritable entrainement en fait, et je remercie d'ailleurs Yu' pour le coup de main apporté à cet effet. Bon... il est temps.

Le temps d'activer le processus et... oh tiens, ça marche... Voilà donc environ deux cent poupées de bois possédant chacune une partie de ma propre force, assez normalement pour me mettre en difficulté... Difficulté, hein. ça, c'est l'pied. Je savais que Yuki se planquait pas loin, l'idée ne l'enchantait pas des masses, mais que voulez vous, on finit par rapidement s'ennuyer, à la longue. Ce qu'il faut savoir, c'est que contrairement à la quasi-totalité des personnes présentes dans cet académie, je ne possède pas un seul brin de magie en moi. Mon état n'est le résultat que d'un corps forgé dans le fer et le sang, et de muscles taillés pour briser des os. L'apogée du guerrier, over-boostée par un claquement de doigt du dieu chrétien. Alors que les premières "poupées" venaient se positionner autour de moi, me "fixant", je présume. La première chargea donc. Putain, que tous les dieux m'en soient témoin, j'me sens léger ! Cela ne m'empêcha pas ceci dit de jauger la puissance de la dite poupée, prenant littéralement un nion de ma propre force dans le pif. Voilà que pour la première fois depuis longtemps dans un combat... j'ai reculé. Certes la dites poupée venait de s'exploser la "main" sur mon pif, mais ça, on s'en balance putain ! J'ai reculé ! Je me surprendrais bel et bien toujours... chercher à me mesurer à ma propre force juste pour le plaisir malsain d'assoir ma propre force contre moi même. Vous me direz, en réalité là, bien que cela semble encore inhumain pour beaucoup de personnes, ma force est plus ou moins divisée par 200. Comment ça, même divisée ainsi, c'est trop ? Mais non mais non... vous dites ça par pure frustration ! Faut pas, venez me voir et je vous entrainerais peut être pour vous rendre aussi fort ! héhéhé

M'enfin, là n'est pas non plus la question. C'est donc là, deux pas plus loin et le nez en train de saigner, que j'affichais un large sourire pleinement satisfait. Tellement satisfait qu'il pouvait, d'une certaine façon, en devenir effrayant. C'est donc ainsi que j'accueillait la dite poupée lors de son retour, brisant ce qui aurait du être sa tête d'un simple geste, rappelant ainsi à moi l'énergie qui l'habitait. Vous me direz, voilà qui doit perdre son charme, de récupérer un peu de sa force à chaque fois, mais détrompez vous. Il y à là deux avantages dont un représentant un grand facteur de "plaisir". Premièrement je ne récupères à chaque fois que peu d'énergie, je ressentirais donc ce frisson encore un bon moment et en second plan, lorsque ce frisson disparaitra, c'est le plaisir simple de sentir sa puissance augmenter peu à peu, pallier par pallier qui fera son apparition, permettant de libérer d'une manière aussi douce que certaine toute la pression la suivant. En somme, cela va m'offrir comme une véritable relaxation, tout en me permettant d'extérioriser un peu cette puissance écrasante. C'est ainsi que pendant un bon moment de "jeu", j'ai peu à peu récupéré ma propre force, écrasant littéralement chaque adversaire qui venait se dresser devant moi, profitant du défouloir comme bon me semblait.

C'est ainsi qu'après avoir transformé le terrain près de ma salle d'entrainement en cimetière pour bonshommes de bois, je me suis arrêté, calmement, soupirant un bon coup, sueur et sang s'étant légèrement mélangés sur mon torse dont les vêtements étaient déchirés par les divers coups reçus (uniquement sur le dit-torse, ceci dit). Vers la fin, je me suis relativement... "pressé". J'avais bien remarqué que mon invitée était arrivé et je ne voulais surtout pas la faire attendre. Elle à sans doutes bien assez de choses à faire pour ne pas avoir à supporter un vieillard comme moi. Les jeunes sont tous les mêmes, la dessus, de toute manière. Je n'avais ceci dit pas cessé de garder un oeil sur elle, car qu'elle apprécie ou non le "combat", la pression que mon corps dégageait de par sa puissance actuelle était bien suffisante pour déranger n'importe qui. Je tenais à observer sa réaction quand à ce détail, cela en dit bien souvent déjà assez long sur une personne. L'expérience me l'as appris. Une fois fait, donc, je laissais tomber les morceaux restant de mon anciennement regretté haut, me massant un instant les épaules. Comme vous pouvez vous en douter, mon corps, étant forgé dans le fer et le sang, possède bon nombre de vieille cicatrices. Il en est même presque entièrement recouvert. En même temps, quand on vit plus de trois milles années... ça aide pas. Une fois le temps de la détente retrouvée et cette même puissance apaisée (la tension retombée, le sang sur le visage essuyé toussa toussa donc... les petits détails rapidement réglés quoi !), je me suis finalement décidé à aller vers elle.


- Tsuki Raiku ? Désolé pour l'attente, je n'avais pas prévu de m'amuser autant. J'ai été plus long que prévu.

Je ne démordais ceci dit pas de mon sourire, ce moment m'avais bien amusé, ça faisait longtemps. Bon, nous verrons si la journée se suit aussi bien qu'elle à commencé. Tsuki Raiku, à toi de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Tsuki Raiku
Surveillante Cycle 3 & dortoir garçons/filles - Kitsune/Isonade - Mythologique
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 07/04/2015
Localisation : Appartement 2/A mon boulot... /En ville

MessageSujet: Re: Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]   Ven 5 Juin - 17:59

Une journée, encore un journée, toujours une journée.. Je viens de commencer et les élèves m'exaspère déjà. Je sais que certain on déjà peur de moi, surtout les humains va savoir pourquoi mais voilà c'est comme ça. Enfin, maintenant, il faut que je rencontre mon supérieur hiérarchique. Je n'ai aucune idée du pourquoi je n'ai pas pu le voir le premier jour où je suis arrivée ici mais paraît-il qu'il a plein de cicatrise.

J'arrive vers un endroit où je suis sûre être déjà aller. J'ai encore un peu de mal avec tout ça en fait et avec l'île entière en fait. Hum... C'est normal toute ses poupées là? Et le gars qui les combat là. Il est en trans. L'ardeur et la pression pendant un combat, c'est limite jouissif quand on y pense. Enfin, cela fait un moment que je ne ressens plus ce sentiment alors tout ça, je n'en ai plus rien à faire. A force de tuer, on en oublie des choses et ça, ça pardonne pas si je peux dire. C'est pas la raison pour laquelle j'ai arrêté mon ancien métier mais c'est peut-être une de ses raisons cachées.

Cela fait déjà un long moment que le vieux fait joujou avec les poupées et plus ça me dérange de le regarder. Un moment déjà s'est bien écoulé et il est encore à à dégommer des poupées.... Eh bien enfin, le jeu est finit. J'ai failli attendre... Enfin, là, c'est du sarcasme. J'ai attendu, longtemps et il a l'air de bien m'avoir aperçu. Il pouvait donc pas s'arrêter 5 minutes? On dirait que non vu que j'ai attendu.

Son sourire sadique, j'en ai tellement déjà vu... Je m'approche en marchant sans gêne sur les corps des mannequins en voyant qu'il a enfin fini et qu'il est enfin prêt à parler.

- Tsuki Raiku ? Désolé pour l'attente, je n'avais pas prévu de m'amuser autant. J'ai été plus long que prévu.
-C'est bien moi et ce n'est pas grave.

J'ai toujours été assez froide au premier abord et je pense que ce n'est pas maintenant que cela va changer en fait. Je suppose que pour lui, sa journée à bien commencer mais dommage, maintenant, il va parler à un demi-mur. Cool non?

D'ailleurs, je ne sais même pas pourquoi il m'a appelé en fait... C'est vraiment juste pour le rencontrer? S'en ait presque triste une rencontre comme celle là... Pourquoi? Je dois compter le nombre de victime par terre ou vous allez vous en sortir? Je suppose que vous êtes assez adulte pour savoir compter.

Au premier abord, on dirait un dur à cuir qui se la joue badass et qu'il l'est aussi sûrement car bon, je viens de le voir combattre et c'était, oui avouons le, digne d'un badass. On dirait un bodybuilder ou un pirate, ou un truc dans le genre. Pourquoi Bodybuilder? Vous avez vu 5 seconde ses arguments? Pourquoi un pirate? Il porte une barbe et un bandeau, cela peut porter à confusion.

Pour le coup, mes réflexions sont assez gamine mais j'essai toujours autant bien que mal de savoir à qui je peux faire confiance ou pas. Je me doute que le directeur, je peux quand même lui faire confiance mais lui, je sens que je vais avoir du mal.

_________________
Darkred is my color in all of language



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]   Dim 7 Juin - 10:01

Premier contact, hmm ? Froid. Vous me direz, ça tombe pas si mal, la glace à toujours été mon élément. La glace et l'eau fraiche. Voilà une drôle d'idée mine de rien, pas vrai ? Accueillir quelqu'un de la sorte. Encore une fois, vous me direz, je pensais finir plus tôt, mais trouver des adversaires cognant dur se fait rare, de nos jours. Vous me direz, encore une fois, quand on à plus de trois milles années et que l'on est littéralement forgés pour pouvoir combattre une créature telle que chronos, il va de soi qu'on prends pas de trop gros coups souvent. Je restais donc là un instant, à l'observer. Elle était bien plus petite que moi, m'arrivant plus ou moins au nombril ce qui ajoutait un aspect sans doutes bizarre à cette scène. Ses cheveux étaient longs, sombre et ses yeux rouges. Son style se mariant bien avec ces deux même couleurs. Simple, froide. j'en déduis sans avoir eu à lire son dossier qu'elle n'avais pas un travail très joyeux. Son air me fit pencher par un travail ayant un lien avec la mort, une certaine aisance parmi celle-ci. Elle était donc sans aucun doutes tueuse. je la vois mal croque mort, disons. De plus, il ne me faut pas forcément très longtemps pour débusquer une "confrère". Oui, je ne suis pas vraiment un tueur, mais un guerrier et j'ai sans aucun doutes beaucoup plus de cibles à mon tableau. Y'a pas de honte à ça, à moins qu'elle frise les trois mille balais, comme moi, y'a peu de chance que l'inverse soit de mise et ce même si elle à passé sa vie à le faire.

Par contre, quelque chose me dérange. Non bien entendu je ne parles pas de la "poupée" qui venais de se relever, se jetant sur moi pour tenter de me porter un coup. Bien sûr, celle-ci me traduit parfaitement le sentiment dérangeant. Je n'avais pas encore récupéré toute ma force. Une mi-partie pour être exact. Il semblerait que cette chère petite Yuki ai voulu me réserver une surprise particulière. Donc, si je comprends bien, c'te même poupée possède 50% de ma propre force actuellement, ce qui explique qu'elle soit parvenue de base à rester entière, son enchantement devait être bien meilleur, vu qu'elle à sans doutes voulu la renforcer au possible pour qu'elle puisse encore m'atteindre. Intéressant, bien que cela vienne couper ma "conversation" (si l'on peux appeler un échange de regard insistant entre deux personnes de cette manière) avec la jeune femme. Autre soucis : sa présence. Sur le coup, je n'allais pas prendre le risque de la blesser avec ma propre force... Cela ferait, désordre. Surtout que ces 50% simples suffiraient amplement à ravager l'académie avec une facilité déconcertante. Il ne me reste donc plus qu'une seule solution : Encaisser. Voilà qui va se montrer drôle au possible ! Alors qu'un nouveau sourire trahit ma pensée, je ne pris même pas la peine de la prévenir du danger, profitant de cette action pour continuer de la jauger tranquillement.

Alors que la poupée arrivait au dessus de moi, elle porta un coup littéralement à pleine puissance, se désagrégeant sous l'impact du coup, ce qui me donna suffisamment l'avantage (bien que légèrement seulement) pour pouvoir encaisser sans sourciller. L'impact en soi fut cependant parfaitement violent. Il me fallut une extrême concentration pour parvenir à ne pas tout raser dans un certain rayon afin de ne pas me prendre tout l'impact directement. Au lieu de cela, je me servis de ma propre force pour "ramollir" la terre sous mes pieds, m'en servant comme d'un coussin pour pouvoir limiter au possible les dégâts alentours, générant premièrement une vague de puissance inouïe, résultat clef d'une confrontation entre deux puissances brutes. Peu importe la vitesse de la jeune femme, elle ne pus que l'encaisser, tout comme bon nombre des étudiants de l'académie. Vins ensuite une grande vague de poussière, qui me rendait la sans aucun doutes possible que très difficilement visible puis, une fois cette même poussière retombée, le sol ravagé malgré ma manipulation (ce qui témoignait de la réelle puissance incroyable de l'impact malgré le fait que je me sois vu obligé d'en encaisser la grande majorité physiquement) et ce sur quand même bien une petite quinzaine de mètres. Heureusement que j'avais construit ma masure à l'écart de l'académie et que j'avais pensé à m'entrainer un peu plus loin, l'épargnant donc. Bien, voilà donc une bonne chose de faite. La pression à ce moment dans l'air était réellement plus lourde, pesante, froide. Ce qui est là le résultat d'une puissance physique brute. Ce détail ne pouvait que trop facilement trahir l'absence totale de magie en moi et donc, témoigner du fait que mon être était tout à fait unique. Peu de personnes ayant été entièrement humain autrefois sont parvenus à atteindre une telle puissance simplement physique. Alors que je me redressais doucement, lâchant un léger soupir en laissant doucement craquer les os de ma nuque, je ne pus m'empêcher de féliciter Yuki pour cette surprise aussi plaisante que mal tombée. Bah, finalement moi, tant que je m'amuse. Faudra simplement que je m'occupe de remettre un peu la terre et le sol en état. Pourquoi ne pas cultiver un peu, maintenant que la terre était défrichée. je suis sûr qu'elle se ferait un plaisir de faire ça pour moi. Bref, une fois la pensée et l'étendue de mon énergie retrouvée, je me concentra à nouveau sur l'instant présent, constatant de la présence de Tsuki pour la rejoindre à nouveau.


-Nous ne devrions plus être dérangés. J'espère que cela ne t'as pas blessé. Comme tu as du l'entendre, j'occupe d'une certaine façon le poste de "chef des surveillants". Cette notion doit t'être abstraite, je serais donc simple. En cas de gros problème, je serais le rempart pour protéger l'académie. Toi, t'es potentiellement l'une des personnes sur lesquelles je devrais compter à ce moment là. La question est simple, puis-je te faire confiance ?

Mon oeil unique, vert, vint directement se planter dans l'un des siens sien tandis que je parlais. Mon regard était clair, concis, franc. Il trahissait toutes ces pensées qui pouvaient transparaitre de mes mots, de mon assurance. Cet instant aussi, est primordial. Je ne suis pas du genre à tourner autour du pot. L'intervention de la poupée de Yuki m'avais permis de jauger de ses reflexes et de sa logique, lui balancer maintenant la vérité directement, sans passer par quatre chemins, va me permettre de jauger de ses principes, de ses valeurs et de son esprit. Nous verrons bien.
Revenir en haut Aller en bas
Tsuki Raiku
Surveillante Cycle 3 & dortoir garçons/filles - Kitsune/Isonade - Mythologique
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 07/04/2015
Localisation : Appartement 2/A mon boulot... /En ville

MessageSujet: Re: Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]   Mar 9 Juin - 16:46

Cela fait bizarre d'arriver au nombril de quelqu'un. Je sais que je ne suis pas d'une taille gigantesque mais quand même... L'accueil ? Froid comme d'hab'. J'ai jamais été très accueillante avec quelqu'un qui n'a pas trop l'air de l'être en plus d'être mon supérieur et voilà. Enfin, on devine quand même que sa puissance, il l'a tire d'entraînement ou sur le terrain directement. Pas besoin d'être voyante pour ça.

Cependant, on dirait qu'un truc le dérangeait.. Quoi donc ? Ah eh bien, une poupée vient de se relever et lui fonçait dedans. Je reculai de 4 bon mètre voulant le laisser jouer encore une dernière fois vu que toutes les autres sont à terre et sans énergie. Il s'était mis en position pour tout encaisser... Puis en voyant l'entrechoc, j'ai pu recevoir une belle vague d'énergie. Heureusement que j'avais pensé à me protéger rapidement. Enfin c'était quand bien même en grand coup qui m'a laissé un peu étourdi l'histoire d'une seconde. Je n'avais pas vu la poussière directement m'arriver au visage du coup. C'est bien c*n mais je n'y voyais pas grand chose alors avant de me prendre un coup et risquai le coma vu la puissance des deux, je recule encore pour y voir un peu mieux. La poussière retombe. Je pu m'apercevoir que le terrain en a aussi prit cher mais ça, limite ce n'est pas trop grave, s'il voulait y planter quelque chose, il le peut. Mais maintenant c'est encore plus clair en tout cas, tout ce qu'il a, c'est son physique et donc sa force pour se battre. Elle est gigantesque mais c'est le cas. C'est donc un humain de base. Il a fallu que j'attende encore un peu pour pouvoir avoir à nouveau cette conversation... Oui, un simple échange de regard peut dire quelque chose quand on l’interprète : là c'était la découverte.

-Nous ne devrions plus être dérangés. J'espère que cela ne t'as pas blessé. Comme tu as du l'entendre, j'occupe d'une certaine façon le poste de "chef des surveillants". Cette notion doit t'être abstraite, je serais donc simple. En cas de gros problème, je serais le rempart pour protéger l'académie. Toi, t'es potentiellement l'une des personnes sur lesquelles je devrais compter à ce moment là. La question est simple, puis-je te faire confiance ?

Le seul œil que je vois montre parfaitement toute ses pensées en plus de ses mots. De plus, la réponse est d'autant plus simple

-On peux me faire confiance tant qu'on ne retourne pas sa veste.

Je ne suis sûrement pas la personne la plus puissante de cette établissement et je m'en moque de l'être ou pas. Je ne suis pas non plus la personne la plus accueillante au premier abord. Cependant, j'ai toujours détesté les traîtres et cela d'autant plus depuis que j'étais passé du côté des « gentils »dans mon pays d'origine. Enfin là encore c'est ambiguë. Pourquoi ? Comment peut-on juger que ce qu'on fait est bien ou mal ? Car même dans mon pays, tout le monde est pour la dictature car sinon, ils terminent mal, en tout cas les pauvres. En comparaison, la minorité qui profite d'avantage à cela ne va pas être contre ses propres avantages pour les donner au plus grand nombre. La majorité va penser que c'est mal mais la minorité bien puisque ça les arrange. Cela diffère des gens c'est surtout ça qui rend ambiguë.

J’essaie quand même de ne plus être ce que j'étais avant.

_________________
Darkred is my color in all of language



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]   Ven 12 Juin - 10:20

Mouais, ça fait peu d'informations à se mettre sous la dent, ça, hein ? Enfin, déjà, j'ai pu en voir assez pour pouvoir en retirer une chose : Elle n'est visiblement pas habituée à rencontrer des êtres possédant un tel écart de puissance avec sa propre force. Quatre mètres ? C'est tout juste la distance d'une esquive standard, c'est comme si, pour elle, ce coup était d'entrée de jeu un coup que s'échangerait deux épéistes lambda. Ce coup se voyait déjà amplement suffisant pour terrasser une Hydre, au bas mot. Autant dire que si elle n'avais pas été un minimum inhumaine, ce coup l'aurais rendue dans le même état que la poupée, à l'état de néant. Pour ma part, j'avais plus ou moins bien réussi à l'encaisser, ce qui me permettait une certaine aisance pour accompagner ce sentiment agréable après un bon face à face. Je me concentrais donc sur ses mots. Ils étaient effectivement simples. Tant que l'on ne retourne pas sa veste hein ? La trahison est là l'une des choses les plus faciles à blâmer, car quoi que l'on en dise, il n'y à simplement aucun honneur à cela. Changer de camp est une chose, trahir son camp en est une autre. Pour moi, un changement de camp en bonne et due forme, c'est le partage de l'information sur place publique avec dérouillage de crânes anciennement alliés dans la foulée. Ce n'est pas traitre, de se présenter avec ses arguments et ses poings seul face à des centaines d'adversaires, pas vrai ? Vous me direz, une fois l'aspect "amusant" lié aux combats en soi retiré, il reste vrai que sur le coup, on peux se retrouver à devoir tuer des êtres qui nous étaient plus ou moins proche. C'est d'ailleurs pour ça que bien souvent, personne ne change de camp, par faiblesse. Si l'on défend une cause, il faut le faire jusqu'au bout et si notre envie de protéger quelqu'un domine, on se démerde pour pouvoir le faire loin de toute cause corrompue.

En tous les cas, qu'est une cause corrompue ? Comment peut-on définir la corruption ? Le flic qui se fait payer par des dealer pour les laisser vendre leur merde ? Un peuple crachant sur les siens pour pouvoir s'en foutre plein les fouilles ? Sont-ce là des traîtres ou simplement des chiens qui ne pensent qu'à leur gueule ? Majoritairement, oui, un traître ne penses qu'à sa gueule, vous me direz. Maintenant, l'homme qui, trop faible pour faire face, trahit le traitre pour rejoindre "le bon" camp est t-il plus ou moins traitre ? Tout autant ? C'est la un drôle de débat, pas vrai ? Pour moi, tout homme se rangeant du côté de Lucifer et de son engeance est un traitre et verra sa vie écourtée. Vous devez déjà avoir remarqué que ma façon de penser est aussi simple que possible, et bien souvent efficace. Bref, revenons en à nos moutons ou, mieux dit dans le cas présent, à notre demoiselle de fraicheur.


-Quelle est ta notion, dans le cas présent de "retourner sa veste" ?

Quitte à ce qu'elle parle peu, autant la pousser au développement. Car c'est bien beau de sortir ça, mais dans quel sens déjà sa veste est-elle retournée ? Que peux bien foutre une femme visiblement si peu sociable dans un lieux pareil et dans un poste comme le sien ? Voilà des questions à soulever. Voilà ce que je vais chercher à comprendre.

-De plus, Qu'est-tu ? Que fous tu là et quel est ton but ?

Voilà, simple, court, concis.
Que demande le peuple ?

Revenir en haut Aller en bas
Tsuki Raiku
Surveillante Cycle 3 & dortoir garçons/filles - Kitsune/Isonade - Mythologique
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 07/04/2015
Localisation : Appartement 2/A mon boulot... /En ville

MessageSujet: Re: Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]   Dim 14 Juin - 16:24

Après cette interaction avec la poupée, il commençait à s'intéresser à moi. Me demandant s'il pouvait me faire confiance s'il devait se passer une situation de crise si on peut dire, ou quelque chose dans le genre en tout cas. Je lui avais dis qu'il pouvait me faire confiance tant que personne ne retourne sa veste. Et en fait, je crois qu'après, je suis passée dans un débat philosophique intérieur sur ma propre situation. Le truc, c'est que j'avais bien compris que je faisais parti du mauvais camp et je l'ai changé. Je suis considérée comme une traître par le partie communiste mais comme une héroïne par l'autre camps... Puis mon débat se termine avec un retour à la réalité avec quatre questions.

-Quelle est ta notion, dans le cas présent de "retourner sa veste" ? De plus, Qu'est-tu ? Que fous tu là et quel est ton but ? 

Oh là, il me donne plein de question

-Ma notion de « retourner sa veste » c'est ne pas trahir quelqu'un de base alors pourquoi changerait-elle dans ce contexte ? Enfin, ce que je suis, c'est marqué dans mon dossier cela m'indique donc que vous ne l'avez pas lu, c'est pourtant une bonne chose à faire avant de rencontrer son « employé » normalement. Enfin, je suppose donc que vous préférez parler directement à la personne plutôt que de résumé celle-ci par un simple bout de papier et que c'est sûrement aussi pour en apprendre plus sur moi directement que vous m'avez fais venir ici. Qu'est-ce que je fous là ? Je suis là c'est tout, mes raisons sont simple et vous avez dû remarquer que je n'avais pas un métier sympathique avant n'est-ce pas ? Changer d'air ça arrive. Mon but ? Ne plus être ce que j'étais c'est tout...

Je regrette limite d'avoir dis ce que j'ai avoué maintenant... Vu comment il est lancé il va me poser plein de question sur moi et j'avoue ne pas trop aimé tout le temps parler de moi. Cela se devine je suppose.

_________________
Darkred is my color in all of language



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre entre "collègues" [PV Tsuki Raiku]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Déjeuner entre collègues [PV : Sabrina Garrett]
» Explications entre collègues (MATT)
» Pause café entre collègues [Alexis - Terminé]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chrysalis Académie :: En dehors :: Archives :: Rp's-
Sauter vers: